Interview : DEways, ou comment partager sa voiture de façon conviviale

Deways autopartage voiture

Nous connaissions les voitures en location, les voitures en borne de libre service (aussi rares sur notre territoire qu’intriguantes), l’auto-stop, les petits trajets quotidiens arrangés entre amis… DEways, start-up française, décide de s’immiscer dans le secteur de l’autopartage entre particuliers, avec une grande dose de convivialité, de partage et d’économie. Des valeurs qui transparaissent fortement dans les propos de l’un de ses fondateurs, Alexandre Grandremy. Interview !

Présent lors de la conférence LeWeb 2010, en remportant d’ailleurs le prix du public, DEways permet à chaque particulier de louer sa voiture. Le site se rémunère en percevant un pourcentage sur le prix de location de l’automobile. Une bonne façon d’arrondir ses fins de mois, ou de louer à prix réduit une voiture.

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à vous rendre directement sur DEways.fr.

atheistically Economie Magazine : Bonjour ! Pouvez-vous expliquer le concept de DEways ?

andrzejki dla singli 2021 pozna Alexandre Grandremy : DEways est le premier réseau social dédié à l’autopartage entre particuliers. Concrètement, notre communauté rassemble :
– des propriétaires de voitures mettant à disposition leur véhicule à leur communauté (amis, familles, voisins etc…) en contrepartie d’une compensation financière
– des personnes qui ont des besoins ponctuels de véhicule d’une heure, une journée, un week-end ou plus.

L’idée de DEways est donc de mutualiser par le partage nos véhicules car ils sont clairement sous utilisés ! Il faut savoir que nos voitures stationnent sur les parkings plus de 97% du temps. Ce qui est un gâchis économique énorme car nos voitures nous coutent en moyenne 6000€ par an que nous les utilisions ou non ! (assurance, entretien, décote du véhicule avec le nombre d’années, etc.). Et c’est aussi un gâchis environnemental gigantesque quand on sait que la seule production d’un véhicule génère 30 Tonnes de matières premières que l’on consomme pour pas grand-chose, et l’émission d’environ 5 Tonnes de gaz à effet de serre. C’est énorme quand on sait que sa principale fonction est de dormir sur les parkings.

Glen Avon Economie Magazine : Comment cela fonctionne, concrètement ?

Alexandre Grandremy : Une fois que vous rejoignez la communauté DEways, vous devenez DEwayseur, et vous pouvez donc partager votre véhicule si vous êtes propriétaire et/ou bénéficier d’un ensemble de véhicules variés et pas chers autour de vous.

En tant que propriétaire, vous constituez en quelques clics un profil pour votre véhicule, en renseignant ses caractéristiques, en déterminant un prix d’utilisation de votre véhicule, et en ajustant votre planning de disponibilité pour vos locations.

Si vous êtes conducteur, vous n’avez qu’à rentrer le lieu et l’heure ou vous avez besoin d’un véhicule et vous avez l’ensemble des véhicules qui sont géolocalisés autour du lieu de votre besoin. Vous faites une demande de réservation au propriétaire qu’il va valider et vous rentrez en contact avec lui pour l’autopartage.

La rencontre entre nos membres est toujours conviviale, elle se passe très souvent autour d’un café où ils font plus ample connaissance et signent le contrat de location. Ce qui est très important de bien comprendre avant de rejoindre DEways, c’est que c’est une communauté dont l’esprit est hyper collaboratif. Par exemple, il n’est pas rare que le propriétaire vienne chercher le conducteur, et que le conducteur le raccompagne chez lui avant sa propre utilisation.

Economie Magazine : Pourquoi un conducteur à la recherche d’une voiture passerait par DEways, au lieu de passer par une agence de location de voitures traditionnelle ?

Alexandre Grandremy : Le côté génial de DEways, c’est que nos membres sont des internautes qui sont situés un peu partout, en ville, en périphérie ou même en campagne, dans des endroits où cela ne serait pas rentable pour une agence de location de voitures de s’installer.

L’autre avantage, c’est que les propriétaires sont sur DEways pour rendre service et rentabiliser les coûts fixes de leur voiture. Ils n’ont pas d’objectif de rentabilité comme une agence de location de voiture traditionnelle, ce qui fait que les prix sur DEways sont beaucoup plus bas.

Enfin, nos membres sont très sensibles à ce côté collaboratif et convivial. Je vous donne un exemple, vous ne connaissez pas la région ou vous empruntez un véhicule, le propriétaire qui habite la région va vous donner quelques bons plans. Votre voisin vous prête sa voiture, il va pouvoir vous aiguiller sur le choix de votre restaurant pour votre diner. C’est ce contact humain sympathique que les membres valorisent énormément sur DEways et que vous ne retrouvez pas souvent avec la location professionnelle.

Economie Magazine : Qu’est-ce que la Tribu DEways ?

Alexandre Grandremy : La Tribu DEways c’est le petit nom que nous avons donné ensemble à notre communauté avec nos membres de la première heure. L’idée derrière le mot Tribu est que sur DEways, chacun va pouvoir constituer sa Tribu d’autopartage !

Economie Magazine : Qui se cache derrière DEways, et comment vous est venue l’idée ?

Alexandre Grandremy : Tout a débuté il y a 3 ans sur le campus de l’Essec où Gary Cohen, mon associé et moi-même étions étudiants. Je vivais à l’époque à la résidence de l’Essec à Cergy Le Haut en bout de ligne du RER A et je n’avais pas de voiture donc j’étais assez souvent bloqué dans mes déplacements. Un jour que j’avais un trajet de RER de plus d’une heure, je m’en suis plaint auprès de Gary et lui ai fait part de mes projets de m’acheter un véhicule. Il m’en a dissuadé car il possédait lui-même une Smart qu’il utilisait très peu et il m’a proposé de me la prêter occasionnellement. J’ai pris gout à sa voiture et étant donné les usages répétés que j’en avais, on a décidé de penser à une contrepartie équitable. De là, de nombreux amis ont rejoint notre petit système et on s’est retrouvé à gérer un « Car-club » sur la base d’un numéro de téléphone et d’un fichier Excel… En voyant le succès de notre système, on s’est aperçu du potentiel et de la pertinence d’une plateforme internet qui faciliterait notre système et pourrait être élargi à bien plus grande échelle…

Economie Magazine : Qui se cache derrière DEways, et comment vous est venue l’idée ?

Je vais partager avec vous nos résolutions au sein de DEways pour 2011 qui sont aussi nos objectifs…

Pour 2011, nous voulons (avec le soutien de nos membres bien sur) :
– Diffuser encore davantage les valeurs de notre communauté : Collaboration, Partage et Convivialité !
– Agrandir la communauté pour rendre notre réseau d’auto-partage encore plus étendu !
– Continuer à écouter nos membres pour faire évoluer la plateforme et la rendre encore plus pratique !

Pour atteindre ces objectifs, nous souhaitons lever des fonds et embaucher des personnes compétentes et motivées pour agrandir notre équipe.

Economie Magazine est un site d’information grand public né en 2009, traitant de l’actualité économique, politique et entrepreuneriale française et mondiale. Pour de plus amples informations, pour des demandes de partenariat, n'hésitez pas à nous contacter.

Catégories : Entreprises, Interviews, Start-up | Tags : | Publiez votre commentaire

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec *