Top 10 des raisons poussant une petite entreprise à l’échec

Comment éviter l'échec en entreprise ?

L’une des facettes les plus méconnues de l’entrepreneuriat est la raison pour laquelle les petites entreprises glissent vers l’échec, et il y a une explication à cela : la plupart du temps, la faute provient des entrepreneurs.

J’ai pu assister de près à bon nombre d’échecs – y compris parmi mes start-ups. Et, selon mes observations, les raisons de l’échec citées par les entrepreneurs sont fréquemment différentes de la réalité, ce qui n’est pas surprenant si l’on y réfléchit bien. Si les entrepreneurs avaient su ce qu’ils ne faisaient pas bien, ils l’auraient certainement corrigé. Souvent, il s’agit d’une simple question de déni, ou d’ignorance.

Dans bien des cas, les clients – ou devrais-je dire, les anciens clients – ont une meilleure appréhension des raisons de l’échec. Parmi les accusés régulièrement cités par les entrepreneurs figurent les banques, l’Etat ou un partenaire idiot. Le doigt accusateur de l’entrepreneur ne pointe que rarement vers l’entrepreneur lui-même. Bien évidemment, il est des situations où les raisons de l’échec échappent totalement au contrôle de l’entrepreneur, mais dans l’ensemble ces cas sont minoritaires. Ce qui suit est donc une liste des dix raisons principales qui, selon mon expérience et mes observations, entraînent les petites entreprises vers l’échec. La liste n’est pas jolie à voir, elle n’est pas simple non plus, et ne contient pas les raisons habituelles auxquelles l’on pourrait penser et que l’on a citées précédemment (bien qu’elles pourraient arriver en onzième, douzième et treizième positions).

1. Les chiffres ne tournent pas rond. La demande pour le produit ou le service est insuffisante au prix proposé et ne peut produire un bénéfice à l’entreprise. Typiquement, cela peut représenter une start-up cherchant à rivaliser avec une grande entreprise telle que la Fnac et ses économies d’échelle.

2. Les entrepreneurs ne sont pas assez ouverts. Ils sont têtus, fuient le risque, fuient les conflits – cherchant à être aimés de tous. Ils peuvent être perfectionnistes, cupides, suffisants, paranoïaques, toujours en colère ou manquer d’assurance. Vous voyez ce que je veux dire. Parfois, vous pouvez même dire à ces entrepreneurs quel est leur problème, et ils le reconnaîtront volontiers – pour autant ils continueront de faire encore et encore les mêmes erreurs.

3. Une croissance hors de contrôle. Il s’agit certainement de la plus triste des raisons menant à l’échec – une entreprise ruinée par sa propre expansion. Cela peut inclure le fait de se diriger vers des marchés qui ne sont pas si rentables, expérimenter des problèmes de croissance qui nuisent aux affaires, ou emprunter trop d’argent dans une tentative de maintenir son rythme de croissance. Parfois, viser plus modeste est une meilleure solution.

4. Une mauvaise comptabilité. Vous ne pouvez pas être à la tête d’une affaire et ignorez ce qui se passe. Avec de mauvais chiffres, ou en l’absence de chiffres, une entreprise vit à l’aveuglette, et cela arrive bien plus souvent qu’on ne le croit. Pourquoi ? Pour certaines raisons, il est généralement admis – à tort – que gérer sa comptabilité en externe, par des entreprises s’occupant principalement de fiscalité, est une bonne solution pour surveiller ses activités (même si entre nous le fait de faire une formation dans ce domaine (par exemple un BTS CGO) peut s'avérer vraiment avantageuse). En réalité, la casquette du comptable est l’une des plus importantes que doit posséder un chef d’entreprise, jusqu’à ce qu’une personne dédiée, à temps plein, soit embauchée.

5. Ne pas faire attention à ses liquidités. Si la crise nous a bien appris quelque chose (je sais bien que l’on entend dire que nous en voyons le bout, mais mes clients semblent avoir la mémoire courte), c’est qu’une activité est cyclique par définition, et que les mauvaises passes peuvent resurgir à n’importe quel moment – la perte d’un client important ou d’un employé critique, l’arrivée d’un nouveau concurrent, un procès. Ce genre de choses peut sérieusement atteindre les liquidités de l’entreprise. Si celle-ci était déjà dans le rouge, voire endettée, il se peut qu’elle ne s’en remette jamais.

6. Une mauvaise gestion des opérations. Je n’ai jamais rencontré un seul entrepreneur qui ait ouvertement admis que sa gestion était médiocre. Pourtant, nul ne peut se considérer au-dessus du lot. La répétition, les recommandations de part et d’autre sont partie intégrante d’une affaire, tout comme le marketing (en fonction du type d’activité).

7. Un manque d’organisation opérationnel. Payer trop cher pour son loyer, sa main d’œuvre et ses matériaux. Maintenant plus que jamais, les entreprises à taille réduite ont un avantage. Ne pas avoir la ténacité nécessaire ou le cran pour négocier les termes d’un contrat, qui sont les maux d’aujourd’hui, peuvent rendre une entreprise non compétitive.

8. Un management dysfonctionnel. Manque de concentration, de vision, de planification, manque de standards, tout ce qui va devrait aller dans un bon management. Ajoutez-y des partenaires en dispute ou des proches mécontents, et vous obtiendrez un cocktail explosif.

9. Pas de plan de succession. Nous parlons ici de népotisme, de luttes de pouvoir, de personnes importantes se voyant remplacer par des ambitieux – toutes les raisons pour lesquelles les entreprises familiales échouent souvent avant de passer à la seconde génération.

10. Un marché en déclin. Les boutiques de livres, les boutiques de musique, l’édition, beaucoup de secteurs sont aujourd’hui en proie à un changement technologique très fort, un changement d’attitude de la part des consommateurs, ou une compétition de plus en plus forte de la part des grandes entreprises possédant des capacités financières ou des budgets publicitaires incomparables.

Dans la vie, vous pouvez avoir pardonné vos amis ou vos proches, mais l’entrepreneuriat pardonne rarement. Finalement, tout remonte à la surface un jour. Si les gens n’apprécient pas votre soupe, les employés cessent de travailler pour vous, et les clients cessent d’acheter. Et c’est bien là l’une des raisons pour laquelle une entreprise échoue.

Sources

Cet article est une traduction libre de l’original « Top 10 Reasons Small Businesses Fail », écrit par Jay Goltz pour le blog « You’re the Boss » du New York Times, et publié ici avec le consentement de l’auteur.

Jay Goltz est un entrepreneur américain. Il emploie plus d'une centaine de personnes, à travers ses cinq entreprises basées dans la région de Chicago.

Catégories : Entrepreneuriat, Entreprises | Publiez votre commentaire

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec *