Interview : Wizbii, au cœur de la ruche étudiante

Logo Wizbii

Depuis les premières lueurs de l’année 2011, une malicieuse abeille virevolte au dessus de la toile française. Son nom ? Wizbii. Sa fonction ? Incarner un nouveau réseau social professionnel pour les étudiants et jeunes diplomés.

Champaign L’abeille décolle

Plusieurs dizaines d’étudiants d’école de commerce, d’ingénieurs, de graphisme, de droit, ont entouré les trois fondateurs, Benjamin Ducousso, Romain Gentil et Emeric Wasson afin de faire décoller le site. Quelques battements d’ailes plus tard, et plusieurs mois de dur labeur écoulés, l’on retrouve une élégante plateforme, où étudiants et jeunes diplômés peuvent se retrouver, partager des actualités, monter des projets ensembles, ou mettre en avant leur profil et leur compétences.

http://chocolatebergamo.it/?pricher=riviste-per-sole-donne&21a=9c Bonjour ! Pouvez-vous nous présenter Wizbii ?

Juegang Benjamin Ducousso : Bonjour, avec plaisir. Wizbii est un nouveau réseau social « pro » pour les étudiants et jeunes diplômés. Nous avons créé cette plateforme pour qu’ils puissent se rencontrer et créer des liens professionnels entre eux. Ils y parlent actualités, projets, carrière, le tout sur un réseau social qui correspond à ce qu’ils aiment. Wizbii, c’est à mi-chemin entre viadeo ou linkedin, avec un peu de meetic et de facebook, et une philosophie basée sur l’entraide, l’humilité, la créativité et l’initiative. Le réseau est ouvert en version bêta publique depuis un peu plus d’un mois, et nous avons franchit trois chiffres symboliques en même temps : 1000 membres, 100 Grandes Ecoles et Universités représentées, et plus de 40 projets.

Comment vous est venue l’idée de Wizbii ?

Benjamin Ducousso : C’est une belle histoire…L’idée nous est d’abord venue par notre propre expérience. Nous étions pleins d’ambition, et nous voulions monter un projet web en sortant de nos études. Evidemment, être programmeur ne s’improvise pas en sortant d’une école de commerce, et il nous manquait donc des compétences en informatique pour le faire. Nous sommes alors allés frapper à la porte d’une école d’ingénieur pour essayer d’en trouver, et il y a eu un réel engouement autour du projet. On a pris alors l’option de se construire comme ça, en s’entourant de 33 étudiants de 11 formations différentes, en design, en informatique, en commerce, en droit, et chacun a apporté sa propre compétence pendant 14 mois de projet. Ceci a permis d’aboutir à la création de Wizbii autour d’une très belle aventure. Vous savez, les jeunes d’aujourd’hui sont très présents sur des réseaux comme facebook, qui ne sont pas utilisés pour faire des rencontres. Paradoxalement, ils boudent les réseaux sociaux professionnels existants car ils ne se retrouvent pas dans une communauté composée de gens de leur âge qui partagent les mêmes centres d’intérêts. Wizbii, c’est un peu leur communauté professionnelle.

Concrètement, quel est le genre de projet qui peut être publié sur Wizbii ?

Benjamin Ducousso : On y trouve de tout. La notion de projet sur Wizbii est importante. Grâce à la rencontre de toutes ces compétences, les étudiants et jeunes diplômés ont les moyens de donner vie à leurs bonnes idées. Il y a ceux qui se sont rencontrés sur Wizbii et qui débute un projet de start-up ensemble, comme le projet Pangaea. D’autres ont déjà reçu de belles distinctions pour leurs initiatives comme CheckMyMetro, SoWeTrip, Smoovup… Ces derniers viennent pour promouvoir leur projet et trouver de jeunes talents sur le réseau en consultant les profils. D’autres projets sont axés sur l’art, le cinéma, en passant pas l’humanitaire et les associations. Bientôt, les membres pourront aussi lancer des « communautés » pour se retrouver, échanger, et partager de l’actualité, sans qu’ils soient forcément question d’un projet.

Quel est le business model de Wizbii ?

Benjamin Ducousso : Wizbii est gratuit, et il le restera. Nous allons fonctionner sur un modèle freemium, comme Viadeo, et proposer de nouvelles fonctionnalités qui permettront d’accéder au statut premium par abonnement. Nous préparons le lancement d’un espace emploi qui permettra aux recruteurs d’accéder à la Cvthèque et de poster des annonces via le réseau social. Wizbii propose aussi des offres aux Grandes Écoles pour la création de leur communauté et une régie publicitaire est à l’étude.

Quels sont vos projets de développement pour 2011 ? Combien de personnes travaillent actuellement au sein de Wizbii ?

Benjamin Ducousso : Nous sommes aujourd’hui 6 jeunes personnes au sein de Wizbii. Nous préparons une levée de fonds pour passer à la vitesse supérieure et accélérer la croissance du réseau. De belles fonctionnalités sont dans les bacs, et une refonte des profils est en construction : plus interactifs, plus ouverts sur les moteurs de recherche, plus ouverts sur les réseaux sociaux existants.

Et enfin, en tant que start-up favorisant l’émergence de projets professionnels, quel conseil auriez-vous à donner aux étudiants désireux de se lancer dans l’aventure de l’entrepreneuriat ?

Benjamin Ducousso : C’est une question qu’on nous pose souvent…et je suis toujours embarrassé pour y répondre. Je crois que je peux dire une chose qui me caractérise et qui est important pour moi : Il faut aller chercher la compétence où elle se trouve si vous ne la possédez pas. Je crois qu’il ne faut pas avoir peur de téléphoner, rencontrer, ou de recruter les meilleurs dans leurs domaines, et qu’ils ne vous en voudront jamais d’avoir la curiosité d’apprendre. Pour ma part, j’écoute chaque jour les conseils de ceux qui ont de l’expérience, je garde mes envies et mes ambitions, le tout est de savoir ensuite décider. Bon courage à tous, rendez-vous sur http://www.wizbii.com, merci à vous pour cette interview.

En savoir plus : Vidéo de présentation

Economie Magazine est un site d’information grand public né en 2009, traitant de l’actualité économique, politique et entrepreuneriale française et mondiale. Pour de plus amples informations, pour des demandes de partenariat, n'hésitez pas à nous contacter.

Catégories : Interviews, Start-up | Tags : | 1 commentaire

Un commentaire

  1. Merci pour l’article!

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec *