HistoGraphe, réseau social destiné à explorer le passé

histographe

Il y a une poignée de décennies, les chérubins d’une autre époque patrouillaient les greniers, ouvraient les portes de placards coincés et débusquaient des ouvrages délaissés. Les photos d’un grand oncle, les écrits d’un lointain cousin. Il suffisait d’une surprise pour que l’imagination ne s’en fût emportée, pour des heures, des jours. Ces documents forgeaient la patience, ils accompagnaient ces dimanches ennuyeux, un peu longs, que la télévision ou les repas de famille ne pouvaient tout à fait occuper. Ces petites histoires, ou ces morceaux d’Histoire, peu importe, HistoGraphe tente aujourd’hui de les rassembler, de façon digitale.

Connecter les internautes avec leur passé en partageant des documents historiques

Il faut être un peu fou pour se lancer dans la construction d’un réseau social basé sur l’histoire. Alors qu’une grande partie des internautes se plait à photographier de très intéressants plats de spaghettis en mode sépia, ou tente des raisonnements philosophiques à la vue de tous, Pierre-Olivier Fleckenstein s’est efforcé de faire les choses différemment en poussant, à bout de bras, son site. HistoGraphe propose à ses utilisateurs de partager des documents anciens, d’une simple photo à des carnets remplis de notes, et de les associer à d’autres documents déjà présents sur le site. L’exemple de la photo de la Grand-mère en compagnie de l’une de ses meilleures amies, lors de la grande inondation de Paris, est assez éloquent. Non seulement, les internautes descendants pourraient se retrouver grâce à un tel partage, mais l’historien de passage pourrait parfaire son travail sur le sujet.

Document, personne, thème, ce triptyque original, surnommé « HistoGraphe », fait la richesse du site éponyme, où se retrouvent depuis avril des milliers de badauds amateurs d’histoires. Toute information est géolocalisée, datée et commentée. Si la consultation est ouverte, les internautes restent toutefois propriétaires des documents qu’ils ont partagés. HistoGraphe fonctionne par ailleurs via un système de crédit : un téléchargement haute définition « coûte » une certaine quantité de crédits, reversés au contributeur afin de le récompenser. La plupart des fonctionnalités sont gratuites, mais les plus poussées sont payantes. Ces deux sources devraient appuyer la viabilité d’HistoGraphe et l’aider à grandir.

HistoGraphe est pour l’instant incubé dans le « pigeonnier » incubateur de ParisTech, et réunit cinq associés. Du divorce de l’impératrice Joséphine à la mascotte du Queen Elizabeth, des centaines de sujets sont d’ores et déjà répertoriés, et ne manqueront pas d’attirer les flâneurs et férus de récits au cours des tout prochains mois.

Pour en savoir plus : HistoGraphe.com

Economie Magazine est un site d’information grand public né en 2009, traitant de l’actualité économique, politique et entrepreuneriale française et mondiale. Pour de plus amples informations, pour des demandes de partenariat, n'hésitez pas à nous contacter.

Catégories : Actualités, Entreprises, Start-up | Publiez votre commentaire

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec *