Slavoj Zizek : Après la tragédie, la farce ! Ou comment l’histoire se répète (Ed. Flammarion)

Slavoj Zizek, Après la tragédie, la Farce !

Des milliards de dollars ont été déversés au cœur du système bancaire mondial, mais pourquoi n’avoir pas employé ces mêmes forces pour éradiquer la misère du monde et conjurer la crise environnementale?

Découvrez le dernier ouvrage de Slavoj Žižek, et remportez un exemplaire gratuitement !

Les attentats du 11 septembre et la débâcle financière comme tombeaux du libéralisme

« Nous faut-il une autre preuve, demande Zizek, que le Capital est devenu le Réel de nos vies, un Réel dont les impératifs l’emportent en despotisme sur les plus pressantes exigences de notre réalité? » Analysant l’implosion soudaine de la sphère financière, Zizek souligne, à la suite de Hegel, Marx et Marcuse, que la répétition de la tragédie sous forme de farce est parfois plus terrifiante que la tragédie initiale.

« Le philosophe le plus dangereux d’Occident » passe au crible l’envahissante vision libérale du monde, cette idéologie qui nous fait croire en un lien naturel entre capitalisme et démocratie, se déguise sous les oripeaux libertaires du pseudo-esprit de 68 qu’elle a parfaitement intégré, et nous raconte des histoires semblables à la saga populiste, « humaine, trop humaine », d’un Berlusconi. A ceux qui se résignent à l’alternative entre un capitalisme « socialiste » à l’occidentale et un capitalisme « autoritaire » à l’asiatique, Zizek rappelle qu’il existe une autre voie: il évoque la leçon de Lénine – « commencer à partir du commencement, encore et encore » -, questionne les thèses de Négri sur les multitudes agissantes au sein de la sphère sociale globalisée et considère la position de Badiou pour qui le communisme reste un ultime – et peut-être indépassable – horizon.

Après la tragédie, la farce! est un appel tonique aux forces de gauche pour qu’elles se réinventent.

Des Révolutions historiques à l’intégration des signes forts de la gauche par le Capitalisme

Slavoj Žižek utilise des références historiques enrichissantes pour donner du relief à son ouvrage (chute de la République de Weimar, Révolution Haïtienne, République Qarmate et la Révolte des Zandj, Révolution Culturelle en Chine). Et, de façon contemporaine, s’il épingle allègrement certaines formes du capitalisme (capitalisme brutal de Poutine, capitalisme comique de Berlusconi ou capitalisme autoritaire asiatique), l’auteur n’hésite pas non plus à dresser un constat d’échec quant à la gauche actuelle. Constat d’autant plus parlant pour nous autres, Français. En témoigne cette citation empruntée à Miguel de Unamuno qui, en 1936 lance aux franquistes « vous vaincrez mais vous ne convaincrez pas », ce sur quoi Žižek rebondit pour demander : « La gauche est-elle prédestinée à jouer encore longtemps le rôle de ceux qui, à l’inverse, convainquent tout en continuant de perdre ? », tout en concluant brutalement : « dans nos sociétés, les gauches critiques n’ont fait jusqu’à présent que souiller ceux qui sont au pouvoir : ce qui importe, c’est de les castrer ».

On appréciera également la critique de l’auteur quant à l’intégration de signes forts de la gauche ou de la contestation dans nos sociétés actuelles. Parmi les signes absurdes actuellement intégrés, l’auteur cite le commerce des tee-shirts à l’effigie du Che (alors que son rôle actif dans les purges de 1959 est connu) ou la pratique du « bouddhisme occidental », qui « se trouve être un fétiche de cette sorte : il permet de participer pleinement au jeu effréné du capitalisme tout en entretenant la perception de n’y être pas vraiment, d’avoir bien conscience de la nullité de tout ce spectacle, puisque seule compte vraiment la paix du Moi intérieur où l’on sait pouvoir toujours se retirer ».

Et Žižek de dénoncer l’ « irrationalité criante du capitalisme », quand celui-ci consacre plus de 700 milliards de dollars pour restaurer la confiance dans le système bancaire, alors que des impératifs humainement urgents sont sans cesse repousser ou rejeter (« sur les 22 milliards de dollars promis par les nations les plus riches pour aider à développer l’agriculture des plus pauvres face à la crise alimentaire en cours, seuls 2,2 milliards ont été débloqués jusqu’à présent »).

Face aux dérives intrinsèques du Capitalisme, l’hypothèse communiste ne peut que prendre forme, selon l’auteur.

On regrettera simplement que l’ouvrage se détache des faits pour appuyer le raisonnement de l’auteur, lequel se perd progressivement dans les méandres de la philosophie et de la psychanalyse, perdant souvent, par la même occasion, son lecteur.

Slavoj Žižek chez Flammarion

Philosophe, docteur en psychanalyse, Slavoj Žižek est directeur du Birkbeck Institute for the Humanities de l’université de Londres et chercheur à l’Institut de sociologie de l’université de Ljubljana. Parmi ses ouvrages aux éditions Flammarion : Bienvenue dans le désert du réel (2005; rééd. coll.  » Champs « , 2007), Le Sujet qui fâche. Le centre absent de l’ontologie politique (2007) et Fragile Absolu. Pourquoi l’héritage chrétien vaut-il d’être défendu? (2008).

Parmi les ouvrages à paraître très prochainement dans la catégorie des Sciences humaines : Justice Globale (Ernesto Che Guevara), Le Négus (Ryszard Kapuscinski), Mainstream (Frédéric Martel).

Et pour vous procurer directement l’ouvrage de Slavoj Žižek :

Jeu concours : remportez l’ouvrage de Slavoj Žižek !

Economie Magazine met en jeu gratuitement un exemplaire d’Après la tragédie, la farce !

Comment participer ? Vous pouvez multiplier vos chances de remporter cet ouvrage par 3 en respectant les règles suivantes :

  • Une chance en laissant simplement un commentaire sur cet article, avec une adresse email valide.
  • Une chance supplémentaire en parlant du concours sur Twitter (N.B. : vous devez être follower d’Economiemag). Dans ce cas, écrivez : « Concours : Gagnez le livre « Après la tragédie, la farce ! » de Slavoj Zizek sur http://bit.ly/c01cry via @Economiemag » sur votre compte Twitter, récupérez l’adresse de votre twitt et insérez-la dans la case appropriée lors de votre commentaire.*
  • Une autre chance supplémentaire en parlant du concours sur votre site. Dans ce cas, postez un commentaire supplémentaire, en indiquant l’URL de l’article en question.

Le concours est réservé aux personnes résidant en France métropolitaine (dans le cas contraire, les frais d’envois seront à votre charge), et prendra fin le dimanche 14 Mars 2010 à 23h59. Le tirage au sort sera effectué via le site Random.org. Pas de double participation (deux fois le même compte twitter, deux fois la même URL d’article etc.), sous peine d’élimination.

Le pseudo du gagnant(e) sera annoncé sur le site dès le lundi 15 mars 2010, et il/elle sera prévenu(e) par mail.

Bonne chance & bonne lecture !

*Pour récupérer l’adresse de votre twitt, cliquez simplement sur le lien indiqué sur l’image suivante :

testwitt2

Mise à jour du Lundi 15 Mars 2010 – Fin du concours

Pour ce premier mini-concours littéraire organisé sur Economie Magazine, 17 participations ont été enregistrées, et c’est Professorino qui a été tiré au sort sur Random.org ! Félicitations au gagnant, qui sera contacté dans les plus brefs délais par email afin de nous indiquer son adresse postale.

Bonne continuation à tous, et à très bientôt !

Economie Magazine est un site d’information grand public né en 2009, traitant de l’actualité économique, politique et entrepreuneriale française et mondiale. Pour de plus amples informations, pour des demandes de partenariat, n'hésitez pas à nous contacter.

Catégories : Actualités, Culture & Littérature | Tags : , , , | 17 commentaires

(17) commentaires

  1. A découvrir!!

  2. voilà un bouquin que je lirai bien…si je le gagnais.

  3. Tiens, on parlait justement de ce bouquin avec les collègues du syndicat lors de notre dernière lutte anticapitaliste (ouai un barbecue quoi!)

    Trève de plaisanteries, çe petit article m’a bien donné envie de le lire!

  4. Pas de refus pour un peu de lecture ! :)

  5. Je tente

  6. Très bien fait ce blog, et merci à toi pour ces infos intéressantes

  7. je tente ma chance, merci

  8. Notre ami Zizek était de passage dans mon université hier (Namur, Belgique) et même s’il n’a pas déplacé les foules, j’ai cru comprendre qu’il n’a pas laissé son auditoire indifférent…

  9. merci pour ton blog et le concours

  10. Je tente aussi ma chance, c’est une agréable découverte …

  11. Je serais ravi de mettre en danger en lisant le dernier Zizek :)

  12. Je tente ma chance. Merci pour le concours.

    Voici mon tweet : twitter.com/TaijiyaSango/status/10332826487

  13. Etant étudiant en hypokhâgne, je me suis vivement intéressé à Zizek, notamment après son passage dans l’émission de Frédéric Taddeï « Ce soir (ou jamais!) ». Ayant des moyens des plus restreints j’espère gagner ce concours, dans la mesure où, en outre, la réflexion de Zizek peut être étendue à nombre de domaines, la rendant d’autant plus passionnante.

  14. Je participe :)

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec *