Tigo Cash, pionnier de la monnaie électronique au Tchad | Economie Magazine

Tigo Cash, pionnier de la monnaie électronique au Tchad

Tigo Cash, pionnier de la monnaie électronique au Tchad

L’Afrique s’est distinguée ces dernières années comme un continent en pointe pour l’adoption de solutions de paiement et de transfert d’argent liées à la monnaie électronique et à la téléphonie mobile. Au Tchad notamment, le service « Tigo Cash » lancé en novembre 2012 connait un succès fulgurant auprès de la population. Interview de Paul Langlois-Meurinne, son directeur.

Pouvez-vous expliquer à nos lecteurs qui ne seraient pas familier du concept en quoi consiste un service de monnaie électronique ?

Un tel service fonctionne à partir d’un téléphone portable, dont, rappelons-le, la grande majorité des adultes sont équipés en Afrique. Votre numéro de téléphone devient en fait votre numéro de compte de monnaie électronique. La conversion entre la monnaie électronique et le cash physique, et inversement, se fait auprès de notre réseau de distribution, typiquement des grands commerçants. Vous pouvez depuis votre compte effectuer des transferts, des paiements, acheter du crédit d’appel, en quelque sorte l’utiliser comme un compte où stocker de la valeur et faire des transactions. Votre compte est protégé par un code PIN à 4 chiffres.

Comment expliquez-vous cette adoption massive du service Tigo Cash au Tchad ?

Logo de Tigo CashUn an après notre lancement, nous comptions 230.000 clients actifs sur notre service. C’est un bon démarrage qui tient à trois raisons principales. Tout d’abord, la faible pénétration des services financiers formels au Tchad, dû à l’étendue vaste du territoire et à l’histoire agitée du pays. Nous répondons donc à un besoin clair de la population qui cherche un moyen simple, efficace, rapide et économique de transférer de l’argent. Grâce à notre réseau de distribution national, nous pouvons ensuite couvrir presque tout le territoire. Enfin, Tigo Cash est porté par la dynamique de l’opérateur Tigo, premier au Tchad. Nous bénéficions ainsi d’une marque forte, d’une expertise technologique et d’un investissement conséquent dans la communication et la sensibilisation.

2013 était l’année de lancement, que prévoyez-vous pour 2014 ?

Notre ambition est que Tigo Cash devienne un service grand public, utilisé par tous, de façon quotidienne. Notre véritable concurrent aujourd’hui c’est le cash ! Pour cela, nous allons continuer à étendre notre réseau d’agents partenaires, notamment en zone rurale, et nous investirons significativement dans la vulgarisation du produit. En termes de service, l’avenir de la monnaie électronique est de se penser comme plateforme, ouverte à d’autres applications, afin de diversifier ses usages et de créer ainsi un véritable écosystème ouvert où elle peut circuler. Enfin, nous travaillerons avec des ONG pour des programmes de transfert monétaire direct au service des franges les plus vulnérables de la population.

Le Tchad est dans les derniers pays au classement « Doing Business » de la World Bank. Quelles ont été les difficultés rencontrées ?

L’absence de grands médias nationaux est préjudiciable pour communiquer en masse auprès de la population. Nous avons donc recours à de nombreuses actions directement sur le terrain. L’autre point limitant est le faible taux d’alphabétisation de la population adulte, qui complique la compréhension et la manipulation du menu en français sur un téléphone.

Economie Magazine est un site d’information grand public né en 2009, traitant de l’actualité économique, politique et entrepreuneriale française et mondiale. Pour de plus amples informations, pour des demandes de partenariat, n'hésitez pas à nous contacter.

Catégories : Actualités, Entreprises, Industrie | Tags : | Publiez votre commentaire

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec *