Un stage payé 30,000€ à gagner sur internet

Gagner le stage le mieux payé de France avec reve-prive ?

« Devenez le stagiaire le mieux payé de France ! » Ce n’est ni plus ni moins que la promesse faite par le site reve-prive.com, tenu par Quentin Clarisse et Maxime Delgrange. Mais avant de décrocher la timbale, il faudra d’abord…payer. Retour sur un nouveau buzz, particulièrement dans l’ère du temps.

Une réelle offre de stage…

Stage en web-marketing. Sens du contact, autonomie, sens commercial, passion pour internet. Profil recherché : formation supérieure type Ecole de Commerce ou Université, avec expérience en marketing. Durée : 3 mois. Lieu : Lille. Convention de stage obligatoire. Possibilité de CDI en fin de parcours. Rémunération totale : 30,000€. Non vous ne rêvez pas, il s’agit bien de la rémunération d’un stage…mis en jeu sur internet.

Une offre on ne peut plus sérieuse qui émane de la jeune société nordiste reve-prive.com, laquelle n’hésite pas à s’autoproclamer au passage « précurseur du concours événementiel privé sur internet ».

…mais une offre pour laquelle vous devrez vous battre

Sous l’hypothèse que le site atteint le nombre de participants requis – en l’occurrence 10,000 participants pour le stage le mieux payé de France, le concours s’ouvrira alors mécaniquement aux candidats qui devront répondre correctement et le plus rapidement possible à une série de questions nouvellement dévoilées. Et aucune place ne sera laissée au hasard pour la désignation du gagnant, comme le souligne le règlement, puisque la validation des réponses sera chronométrée au « millième de seconde près ».

A un peu moins de 5€ le ticket d’entrée, la société reve-prive.com rentrera donc largement dans ses frais. Solution alternative pour ne pas égratigner directement votre portefeuille : parrainer des amis, qui eux iront payer leurs crédits et vous permettront d’en empocher gratuitement au passage.

Et si le concours ne peut finalement se dérouler, les organisateurs prévoient de « rembourser » les participants en ré-inscrivant les crédits sur le compte de ces derniers, voire d’ajourner simplement le concours. Ou comment continuer à percevoir les intérêts sur les sommes déposées (ce qui, sur plusieurs dizaines de milliers d’euros, commence à représenter un cash-flow substantiel). A noter qu’à la date de rédaction de l’article, le concours n’avait attiré que quatre participants…

Derrière l’opération : Quentin Clarisse et Maxime Delgrange de l’ISEG Lille

D’un point de vue légal, les fondateurs du site Quentin Clarisse et Maxime Delgrange affirment avoir pris toutes les précautions en s’entourant d’avocats. Il faut dire que les premiers lots en jeu sur le site ne prêtaient pas non plus forcément à polémique : voiture de luxe, voyage de rêve, maison…L’idée leur serait d’ailleurs venu d’un autrichien qui avait mis sa maison en vente sous forme de loterie.

D’un point de vue éthique, le tout dernier concours porte en lui les arômes supplémentaires et si convoités de la polémique et du buzz. Puisque découvrir Tahiti ou devenir propriétaire de la dernière Audi R8 ne font pas suffisamment rêver, rien de mieux que de mélanger les genres en allant titiller les français sur des thèmes où ils sont moins à l’aise : l’argent et l’emploi. Ce n’est donc ni un stage, ni un chèque de 30,000€ que décrochera l’heureux gagnant du dernier concours, mais les deux à la fois. Une pilule un peu grosse qui, selon les goûts, pourra être qualifiée de douteuse, facile, voire audacieuse ou brillante.

Car, toute proportion gardée, le concours de reve-prive.com n’est pas sans rappeler celui du « Meilleur job du monde », qui servait à l’époque à préserver et promouvoir l’industrie touristique du Queensland (Australie). Toute proportion gardée, le concours n’a pas non plus le mauvais goût de la dernière opération marketing orchestrée par Mailorama et Stéphane Boukris, à savoir le lâcher de billet en plein Paris.

Economie Magazine est un site d’information grand public né en 2009, traitant de l’actualité économique, politique et entrepreuneriale française et mondiale. Pour de plus amples informations, pour des demandes de partenariat, n'hésitez pas à nous contacter.

Catégories : Actualités, Marketing | Tags : , , | 8 commentaires

(8) commentaires

  1. Un loto pour gagner un CDD au final …

  2. Mouai, pas trop convaincu par toute cette affaire, mais bon, si ça ne foire pas, c’est intéressant pour le gagnant …

  3. L’idée de base est sympa mais un concours pour gagner un stage ca risque d’énerver ceux qui sont en stage chez LVMH avec bac +5 à 300 euros!

    Ça fait un peu penser à la distribution d’argent de Mailorama !

  4. De quoi susciter le buzz c’est certain mais au delà c’est pas si convaincant au final…. !!

  5. ce qui me dérange, c’est le mot « concours » je dirai plutôt « loterie », parce que à l’origine, un concours c’est gratuit.

  6. @ LaBoiteVerte : ils envisagent quand même de refiler un CDI, si « ça le fait » ;)

    @ Axiol : c’est surtout intéressant pour la société nordiste, près de 20 000€ de bénéfice sur l’opération…

    @ WarrantMarrant : absolument, c’est d’ailleurs pour cette raison que la campagne de Mailorama a été citée dans l’article, même si le mauvais goût n’a pas été poussé aussi loin dans ce concours.

    @ awbc : oui, les ficelles sont bien trop grosses pour que cela fasse un buzz gigantesque, mais l’essentiel était de souligner l’initiative, et mettre en perspective avec les dernières pratiques auxquelles nous avons tous pu assister.

    @ abyss : appelons cela une « tombola », ça mettra tout le monde d’accord :P

  7. yess, la bourriche :P

  8. Je trouve l’idée sympa ! Les loteries doivent être gratuites mais ici il faut faire la différence entre loterie et concours. Il n’y a pas de place au hasard, vraiment pas puisque j’ai participé au concours de New York. J’ai malheureusement perdu !
    Mais bon, le principe est sympa et les questions tout à fait abordables.
    La société n’empochera pas 20 000 euros de bénéfices puisqu’ils doivent reverser la TVA sur les crédits que nous achetons ! donc 4,90 * 10 000 = 49 000 si nous retirons la TVA cela fera 49 000 – 19,60% soit 39 396. 49 000 – 39 396 = 9 604 euros de bénéfices. C’est peu je trouve pour une société… enfin si on compare cela à la fdj ! Le buzz se fera sentir je pense, le concept est franchement pas mal !

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec *