Zynga lève $180 millions auprès de ses investisseurs

Zynga et les jeux virtuels pour Facebook

Zynga, le plus grand fournisseur de jeux vidéo pour réseaux sociaux, a annoncé avoir levé près de $180 millions de dollars auprès de Digital Sky Technologies (DST) et d’autres investisseurs en l’échange d’actions de la compagnie. Un véritable pari sur l’avenir pour ces investisseurs : celui de la monétisation des jeux gratuits sur réseaux sociaux.

Un véritable pari sur l’évolution des réseaux sociaux

La jeune compagnie de San Francisco a frappé fort avec ce dernier tour de table et montre à quel point les jeux sur réseaux sociaux sont surveillés de près par les investisseurs. Mais de quoi parle-t-on au juste ? Zynga est tout simplement le plus gros fournisseur de jeux vidéo sur réseaux sociaux tels Facebook, MySpace, Bebo, Friendster, Tagged, ou Yahoo!. On ne compte plus les incessantes invitations à jouer à FarmVille, Cafe World, Mafia Wars, FishVille, YoVille, ou ZyngaPoker qui encombrent nos sessions sur ces plateformes.

Pour Facebook notamment, la présence de ces mini-applications est une aubaine car celles-ci viennent compléter l’intérêt de sa plateforme tout en allongeant la durée de connexion, sans oublier qu’elles sont génératrices de revenus grâce aux publicités déployées autour d’elles. Aujourd’hui, sur les 350.000 applications actives que compte le géant américain, 5 des 10 premières appartiennent à Zynga. Cette dernière peut même se targuer de compter plus de 230 millions de joueurs actifs à travers le monde, pour plus de 65 millions de joueurs actifs au quotidien. FarmVille, son application la plus répandue, a déjà séduit 70 millions de joueurs par mois.

Comme le rappelle un des dirigeants de Digital Sky Technologies, Yuri Milner, ce qui est derrière cet investissement massif est la conviction que la vente de biens virtuels a de très beaux jours devant elle, notamment en Occident. Il y a quelques années, le fait d’acheter avec de l’argent réel des biens totalement virtuels pour des jeux vidéo par des systèmes de micro-paiement ressemblait au pire à une hérésie, au mieux à une ineptie. Il n’est aujourd’hui plus surprenant de voir des joueurs accepter de payer pour acheter de l’essence qui ira nourrir leur tracteur dans FarmVille.

Les revenus annuels de Zynga sont estimés à $250 millions, de quoi revoir largement les jugements les plus sévères quant au business model de la jeune compagnie, laquelle est actuellement rentable et estimée à plus de $1.5 milliard (les plus optimistes allant jusqu’à $3 milliards).

Les $180 millions récoltés donneront de l’air à cette start-up qui emploie déjà plus de 712 personnes, tout en lui apportant de quoi se développer au cours des prochaines années. Le principal acteur de ce dernier tour de table – la société russe de capital-risque Digital Sky Technologies, s’était récemment fait connaître du grand public en investissement dans Facebook à hauteur de $300 millions, en deux étapes.

Comme avec Facebook, D.S.T. a choisi avec Zynga de ne pas seulement acheter une part directement à la compagnie mais de faire une offre à ses employés pour acheter leurs actions, avec l’approbation du management. De quoi permettre aux employés de ne pas attendre impatiemment l’introduction en Bourse de la compagnie pour récupérer une somme substantielle. Une pratique de plus en plus répandue dans la Silicon Valley à l’heure où les start-ups cherchent des moyens supplémentaires pour attirer et séduire les investisseurs.

En savoir plus

Vous souhaitez en savoir plus sur Zynga, ses jeux, et sur sa dernière levée de fonds ? Rendez-vous sur les sites suivants :

Economie Magazine est un site d’information grand public né en 2009, traitant de l’actualité économique, politique et entrepreuneriale française et mondiale. Pour de plus amples informations, pour des demandes de partenariat, n'hésitez pas à nous contacter.

Catégories : Actualités | Tags : , , , , | 5 commentaires

(5) commentaires

  1. C’est fou comme quoi le poker sur Facebook marche bien :)

    @+ @ntoon

  2. Pas étonnant, mais ambitieux !

    Vive le freemium !

  3. ça va commencer à revenir cher de passer du temps sur Facebook… J’anticipe plus de business et moins de convivialité sur les réseaux sociaux, à moins que FB ne tue la poule aux oeufs d’or au profit de réseaux alternatifs « advertizing free » ?

  4. Encore un article très intéressant ! La vente de biens virtuels est un des modèles de revenus ayant le plus de potentiel pour les sites commuautaires à mon sens !
    Zynga est très en avance dans le domaine bien que cette société soit beaucoup moins médiatique que Twitter elle est beaucoup plus rentable ! Rien d’étonnant que les investisseurs soient intéressés, fécilitation !

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec *