Humanure, transformer les déjections humaines en électricité

hpp-india

Uttaradit Les déjections humaines peuvent en rebuter plus d’un, il serait pourtant naïf de penser qu’elles sont irrémédiablement inutiles. En milieu rural, si le compostage ou l’épandage des gadoues des fosses septiques sont assez fréquents et reconnus pour leur intérêt, ce serait plutôt l’absence même de systèmes sanitaires qui choquerait. Dans un pays comme l’Inde, un tel problème d’hygiène publique peut prendre des proportions humaines et économiques désastreuses. La Banque Mondiale a estimé que les problèmes sanitaires de l’Inde coûtaient 53,8 milliards de dollars par an au pays. Une difficulté d’ordre public, et sur laquelle s’est penché The Humanure Power Project (HPP), en cherchant à transformer les déjections en électricité !

http://chocolatebergamo.it/?pricher=zona-incontri&0c1=b5 Comment produire de l’électricité avec le biogaz

Aujourd’hui même, les indiens sont tout simplement confrontés à deux problèmes de base : le manque d’électricité et le manque de toilettes. Près de 650 millions d’indiens sont obligés de faire leurs besoins à l’extérieur de façon quotidienne, tandis que 400 millions vivent sans électricité. HPP a donc imaginé des toilettes ouvertes gratuitement au public, où les déjections sont accumulées dans un vaste réservoir récupérant le biogaz produit (grâce à la fermentation des matières organiques). Le méthane naturellement présent dans les besoins est alors récolté et sert de combustible pour des batteries 12 volts. L’électricité est alors distribuée aux populations locales qui peuvent venir de temps à autre recharger leurs batteries en échange d’une dizaine de roupies (0,19 dollars). Les déjections des vaches sont utilisées en complément pour accélérer le processus.

Depuis deux ans, l’équipe d’HPP s’est attelée à la tâche dans un village du nord de l’Inde, Sukhpur, où vivent 10 000 âmes particulièrement nécessiteuses. Le village est en effet situé dans l’Etat de Bihar, le plus pauvre du pays, et fait partie du district de Supaul. Selon les statistiques récoltées par le Bihar, sur les 1,7 millions de résidents que compte Supaul, seulement 22,000 personnes bénéficient d’une connexion à l’électricité et moins de 15% ont accès à des toilettes.

Pour la communauté, la solution d’HPP n’est pas seulement hygiénique. L’équipe a évalué à 40 dollars par an le coût du kérosène utilisé pour s’éclairer, soit 10% des revenus annuels d’une famille, sans compter les problèmes respiratoires que cela peut générer. En utilisant un système de batteries et en les rechargeant deux fois par semaine, chaque foyer dépenserait 20 dollars par an, soit une économie qui représenterait environ 5% des revenus annuels.

Au bout de trois ans, HPP espère avoir construit une quarantaine de toilettes pour le village de Sukhpur. La plupart des membres de l’équipe ont déjà séjourné et travaillé en Inde (Praphopphat « Art » Adhatamsoontra, Anoop Jain, Andrew Ryan, Alec Barber Grossi, Grant Driessen, Jack Waterman).

Preuve de son intérêt, HPP a déjà reçu l’appui de divers sponsors et partenaires tels que Sudz, Deep Jyoti et Sulabh International. Le projet a récemment été mis en avant par le programme d’Innovation Sociale de Dell, où toutes les informations liées à son développement sont rassemblées.

Pour en savoir plus : The Humanure Power Project

Economie Magazine est un site d’information grand public né en 2009, traitant de l’actualité économique, politique et entrepreuneriale française et mondiale. Pour de plus amples informations, pour des demandes de partenariat, n'hésitez pas à http://rentabilidademindx.com.br/?konfrontaciya=presentes-de-namoro-para-homens&6cc=b3 nous contacter.

Catégories : Entreprises, Idées de business | Tags : , | Publiez votre commentaire

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec *