Bernard Flynn : La philosophie politique de Claude Lefort (Ed. Belin)

Claude Lefort

Pour Claude Lefort, « le totalitarisme est une réponse à l’expérience moderne du vide, une tentative de remplir le lieu vide du pouvoir ». Une expérience du vide qui ne cesse malheureusement de se répéter, ici et là aux quatre coins du globe, de façon assez régulière et sans que leçon soit prise. Comment l’un des philosophes les plus connus pour sa réflexion sur le totalitarisme s’est-il distingué vis-à-vis d’autres esprits ? Qui l’a influencé ? C’est ce que Bernard Flynn, lui-même professeur de philosophie, se propose d’analyser, en retraçant l’évolution de la pensée de Lefort, de sa la lecture du Prince de Machiavel jusqu’à son amitié avec Merleau-Ponty.

http://alezane-villandry.fr/599-avril-quand-tu-nous-tiens Du Prince de Machiavel aux discours sur la modernité

L’auteur s’attèle par exemple à retracer la manière dont Claude Lefort a pu forger ses réflexions sur le pouvoir, l’usage de la force pour y arriver et le maintenir, ainsi que sur la lutte des classes. Les comparaisons fertiles ne manquent d’ailleurs pas sur ce triptyque, déjà connu depuis des siècles et d’une actualité encore valide. Là où Platon concevait une lutte entre les riches et les pauvres en chaque cité, mais qui devait être dépouillée du conflit, Machiavel pensait, lui, que le conflit n’était pas à éliminer et qu’il était même une force, tandis que Marx restait persuadé que cette lutte des classes se résoudrait par une lutte finale d’où émergerait une société sans classes.

Cette lutte des classes, cette opposition entre des désirs parfois fortement antagonistes, peut en outre être canalisée de différentes façons par les hommes et le politique. Hobbes parlait ainsi d’aliénation de la souveraineté à l’Etat pour recevoir en échange la sécurité du Léviathan. De son côté, Machiavel pensait que l’opposition était si commune entre les désirs qu’il ne pouvait y avoir de résolution ultime. Et Claude Lefort pense justement que « le désir d’annuler le conflit qui est au cœur du politique est la tentation qui conduit au totalitarisme ». Au-delà de ce problème central, d’innombrables défis jalonnent le parcours du Prince, tels que la corruption au sein des élites ou l’aveuglément face à la réalité due au phénomène de courtisanerie qui enveloppe le pouvoir.

En sus de l’analyse des rapports du dirigeant face à son peuple via l’œuvre de Machiavel, B. Flynn rappelle les liens, ou plutôt les oppositions, entre C. Lefort et les écrits d’Habermas sur la modernité, ou les penseurs tels que Heidegger, Deleuze et Guattari. Avec Hannah Arendt et Raymond Aron, C. Lefort fut probablement l’un des rares philosophes politiques « à avoir élaboré une interprétation plausible du phénomène totalitaire ».

Au sein de son ouvrage, B. Flynn réalise un travail remarquable de reconstitution de la pensée des dirigeants, afin de mieux expliquer les axiomes sur lesquels débattent les grands philosophes politiques. Claude Lefort, l’un des derniers théoriciens en la matière, a pu jouir de prises de position pluriséculaires pour bâtir lui-même sa pensée.

charenton le pont site de rencontre juif Plus d’ouvrages chez Belin

Bernard Flynn est Professeur de philosophie à l’Université d’Etat de New York et à la New School for Social Research.

Parmi les derniers ouvrages chez Belin : Le Liban – Géographie d’un pays paradoxal (Henri Chamussy), L’an I des révolutions arabes (Bernard Guetta).

 

Pour en savoir plus sur les nouvelles publications, rendez-vous directement sur le site des éditions Belin.

Economie Magazine est un site d’information grand public né en 2009, traitant de l’actualité économique, politique et entrepreuneriale française et mondiale. Pour de plus amples informations, pour des demandes de partenariat, n'hésitez pas à http://marinejohanna.fr/lookbook-perfecto-daim/embed/ nous contacter.

Catégories : Actualités, Culture & Littérature | Tags : , | Publiez votre commentaire

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec *