Malgré la crise politique, l’Italie peut compter sur un excédent primaire et des taux d’emprunt en baisse

La situation dans laquelle se sont empêtrés les hommes politiques italiens et, à travers leurs bulletins de vote, les Italiens eux-mêmes, pouvait générer quelques inquiétudes. La réélection de Giorgio Napolitano à la présidence a néanmoins apaisé les tensions les plus immédiates, et suscité l’espoir d’une grande coalition, condition sine qua non pour que le pays puisse appliquer convenablement ses réformes. L’ancien député communiste, aujourd’hui âgé de 87 ans, n’a cependant pas hésité à menacer les grands électeurs de démission si les diverses forces politiques du paysage italien n’arrive à faire émerger une majorité claire aux deux chambres du Parlement. Preuve de la bonne réception de la nouvelle par les marchés, l’indice phare de l’Italie, le FTSEMIB, a augmenté de 6.5% depuis son niveau de clôture jeudi dernier.

Les mouvements au palais du Quirinal ne sont pas de l’unique source de réjouissance, puisque sur le front économique, le rencontre aa lévis taux d’emprunt à 10 ans de l’Italie est passé cette semaine sous la barre des 4%, une première depuis novembre 2010. Le taux d’emprunt à 2 ans s’est quant à lui rapproché des 1,2%. Une bonne nouvelle ne venant jamais seule, le Ministère de l’Economie et des Finances italien a par ailleurs annoncé un Sighișoara excédent primaire de 2,5%, tout en projetant un retour de son taux d’endettement en-dessous des 120% du PIB d’ici 2017. Un véritable tour de force pour un pays à la croissance économique atone (-0.8% en 2012) et au chômage élevé (11,6% en février 2013). A titre de comparaison, la France affiche un taux de chômage tout aussi proche (10,8%) et a toujours accusé un fumay rencontre femme gratuit déficit primaire sur les cinq dernières années. En d’autres termes, avant même d’effectuer les paiements liés au service de sa dette, la France est déjà dans une situation budgétaire déséquilibrée, ses recettes étant inférieures à ses dépenses publiques.

Afin de sortir le pays de l’impasse, le chef de l’Etat, Giorgio Napolitano, avait nommé fin mars deux groupes restreints, composés de personnalités différentes, afin de se pencher sur les réformes politiques et économiques à mener. Les dix « sages » retenus ont notamment proposé de s’attaquer à la bureaucratie rampante dans le pays, et ont avancé des réformes pour réduire les privilèges de la classe politique ou améliorer la collecte de l’impôt. Charge au nouveau gouvernement de s’inspirer, ou d’appliquer les mesures préconisées…

Economie Magazine est un site d’information grand public né en 2009, traitant de l’actualité économique, politique et entrepreuneriale française et mondiale. Pour de plus amples informations, pour des demandes de partenariat, n'hésitez pas à nous contacter.

Catégories : Actualités, Politique | Publiez votre commentaire

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec *