Philippe Manière : Le pays où la vie est plus dure (Ed. Grasset)

La France est-elle immobile face à la mondialisation ?

La France, un étrange pays. Célébré pour son art de vivre dans le monde entier, attirant des foules de pèlerins touristes, et pourtant si déprimé en son intérieur. Les Français se bourrent de psychotropes pour soulager leur peine. Si l’on en croit certaines études, notre population jouit pourtant d’un pouvoir d’achat en hausse depuis quelques années, les inégalités bien que légèrement à la hausse n’ont pas explosé comme dans d’autres pays anglo-saxons, notre système de santé et notre taux de natalité sont enviés dans tous les pays riches. Mais alors, quel est le ressort cassé dans la machine France ?

http://livingfor.com.br/?plov=resort-para-solteiros-no-caribe&bf8=28 Les raisons de la tristesse

Il est plusieurs maux qui, selon Philippe Manière, alimentent nos préoccupations. L’ http://onatdz.com/?naymen=site-rencontre-maurice&3dc=b6 emploi d’abord. Selon un sondage BVA réalisé en janvier 2010, nous étions huit sur dix à penser que le chômage allait progresser. Le http://sta2i.fr/wp-content/ALFA_DATA logement ensuite. « 78% des Français estiment qu’il est difficile de trouver un logement », et que la situation ne fera qu’empirer. Troisième domaine d’inquiétude : l’ école, qui ne jouerait plus son rôle d’intégration dans la société. Outre ces trois facteurs, c’est une peur sourde qui point sous le moral des Français : celle de la mondialisation. Est-elle une menace pour nous ? Est-elle plus cruelle avec nous qu’avec nos voisins ?

L’on peut accuser la mondialisation d’être brutale, mais nos grands groupes industriels savent en tirer parti. Sur les trente plus grosses compagnies du monde, cinq sont françaises (Total, BNP Paribas, AXA, Carrefour et GDF Suez). Il existe pourtant une certaine désaffection réciproque entre les Français et les grands industriels. Ces derniers, bien que puissants, n’investissent plus en France, et n’emploient plus beaucoup de Français. Les fleurons du CAC40 se débrouillent pour ne payer que 8% d’impôt sur leurs bénéfices, là où la loi en voudrait 33%. Quant aux grandes entreprises de l’industrie, bien qu’elles jouent parfois parfaitement les cartes de la mondialisation en délocalisant et profitant d’une main d’œuvre à bas coût à l’étranger, elles s’efforcent de presser au maximum le tissu de PME et sous-traitants qui travaillent avec elles en France, pour le meilleur et surtout pour le pire, en les acculant régulièrement à la faillite. D’où un sentiment d’amertume.

Et, quand ils ne sont pas assez protégés ou pas correctement exploités, nos grands groupes se font racheter par d’autres. Des compagnies bien ancrées dans l’imaginaire collectif comme Marionnaud ou Le Coq Sportif sont respectivement japonais et suisse aujourd’hui. L’effort d’innovation est plutôt faible (seulement 2% du PIB), et aucun géant Français n’a vu le jour ces deux ou trois dernières décennies, là où des Google et Microsoft fleurissent de l’autre côté de l’Atlantique.

Philippe Manière souligne également les effets directs de la mondialisation sur les populations civiles. L’un des premiers effets soulignés est l’arrivée d’une consommation ostentatoire de « mondialisés ». Là où le frigidaire ou la télévision unissaient d’une certaine manière une population accédant à la consommation de masse, les nouveaux modes de consommation actuels tendent à la ségrégation, les plus riches cherchant à afficher leur Rolex ou leur voyage exclusif au spa le plus branché. La prospérité semble ainsi être à deux vitesses.

Au niveau de l’école, de sérieuses fondations ont été ébranlées. Le baccalauréat s’est tellement démocratisé (près de 89% de réussite aux épreuves générales en 2009) qu’il s’est dévalué. Les enfants qui arrivent au collège sans savoir lire, écrire ou compter ne cessent de croître, tout comme ceux sortant du système scolaire sans diplôme. Le nombre de diplômés chômeurs fait froid dans le dos : 10,7% en 2011 selon une enquête emploi de l’INSEE. Enfin, malgré un traitement égalitaire des élèves, il ressort une grande inégalité dans les résultats scolaires, fonction des statuts sociaux des parents. Il semblerait que le système ne s’adapte pas aux élèves les plus défavorisés et les moins bien lotis en termes de capital social. Le célèbre classement PISA montre bien que, si nous continuons à produire des élites tirant les résultats vers le haut, la France produit malheureusement de plus en plus de très mauvais élèves. Quant à ceux sortis du système scolaire, c’est une étrange sensation qui parcourt le corps des chercheurs d’emplois, comme si l’avenir était plus ou moins figé en France et qu’il ne dépendait que du diplôme, une certaine rente sur la société.

Par ailleurs, si des efforts ont été faits pour les minorités dans les plus hautes instances politiques (en devenant président en 2007, Nicolas Sarkozy a intégré trois femmes issues des minorités visibles dans son gouvernement), leur représentation au sein d’autres instances démocratiques est navrante. « Le Parlement français compte ainsi début 2012, sur 882 élus (Assemblée nationale et Sénat confondus), sept représentants des minorités visibles, soit moins de 1% de nos députés et sénateurs », alors qu’elles représentent 15% de notre population. Aux Etats-Unis, près de 15% des parlementaires sont soit hispaniques, soit asiatiques soit noirs. Et l’auteur de rappeler ces mots de Rama Yade : « La politique, c’est comme la discothèque, on laisse d’abord entrer les habitués ». Les femmes et les jeunes souffrent également de ce manque de représentation. D’où un sérieux problème d’identification avec les élus de la République.

Dans une période de mondialisation censée ouvrir des portes jusqu’ici fermées, comment s’identifier avec une élite si « endogame et exclusive » ? Comment faire confiance à une industrie qui s’échappe ?

Le long de son ouvrage, Philippe Manière dresse un constat sans équivoque de l’immobilisme à la française. Certes, la mondialisation a joué et continuera de jouer de nombreux tours aux Français. Pourtant, les racines du mal sont bien souvent à l’intérieur même de nos frontières, pas forcément à l’extérieur. Bien souvent, la mondialisation n’a fait qu’exacerber les défauts d’une société ankylosée, rentière, sûre de ses élites et peu encline au changement.

Plus d’ouvrages chez Grasset

Philippe Manière est éditorialiste à L’Express. Il est également l’auteur de De la pression fiscale en général et de notre porte-monnaie en particulier (Ed. Plon) et Ils vont tuer le capitalisme ! (Ed. Plon).

Parmi les derniers ouvrages chez Grasset : 21 rue La Boétie (Anne Sinclair), Mes conversations avec les tueurs (Stéphane Bourgoin).

 

Pour en savoir plus sur les nouvelles publications, rendez-vous directement sur le site des éditions Grasset.

Economie Magazine est un site d’information grand public né en 2009, traitant de l’actualité économique, politique et entrepreuneriale française et mondiale. Pour de plus amples informations, pour des demandes de partenariat, n'hésitez pas à nous contacter.

Catégories : Actualités, Culture & Littérature | Tags : , , | 1 commentaire

Un commentaire

  1. En cette fin,ou presque du mois d’avril ça ne s’arrange pas dans ce pays…
    La vie y est de plus en plus dure et l’ambiance très pourrie(et je reste correcte…)
    Quel tristesse,un si beau pays.
    Je regrette mon Québec

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec *