Comemo, plateforme de commémoration et lieu de mémoire virtuel

comemo

Lorsque les frontières de la vie cessent, une dernière fois, de reculer, celles du deuil, elles commencent à se dessiner. Comment, où, quand se recueillir, par quels moyens se souvenir de l’être perdu ? Dans des sociétés toujours plus mobiles, éclatées, difficile de penser le recueillement uniquement de façon locale, près d’une tombe. C’est en partant de ce constat que Yacine Akhrib, jeune entrepreneur, a décidé de créer Comemo.org, pour continuer à commémorer l’être cher, en ligne.

http://fchapelier.fr/?loringoskop=site-de-rencontre-jeunesse&d88=cf Bonjour Yacine ! Pouvez-vous nous présenter Comemo ?

Bonjour. Nous avons créé Comemo.org, la première plateforme dédiée à la commémoration, il y a un peu plus d’un an. On s’est aperçu qu’il existait un vrai besoin de commémoration sur internet sans véritable réponse.

On assiste à de nombreux changements de société, le développement de la crémation, l’éclatement familial et géographique, une génération décomplexée avec l’usage du net et qui se reconnait de moins en moins dans les rites traditionnels.

Dès lors notre mission fut de concevoir un geste d’hommage moderne, fort de sens, afin d’aider à créer du lien, libérer la parole et sauvegarder le souvenir de ceux qui nous sont chers.
Grâce au travail de notre équipe de graphistes et développeurs de l’école de l’image des Gobelins, combiné à l’expertise de spécialistes du deuil en France, nous avons développé une expérience de commémoration unique et originale : Comemo.org

Sur Comemo.org chacun peut inviter son cercle d’intimes sur un espace sécurisé et privé pour partager un mot, une pensée, un soutien… et réunir les albums souvenirs.

A l’occasion de la Toussaint, nous avons lancé une nouvelle fonctionnalité afin de permettre à chacun de planter un arbre en hommage à un être cher, depuis l’espace de commémoration, et ainsi agir pour les générations futures.

http://manahata.fr/wp-content/plugins/ubh/con.php Quels sont, selon vous, les grands changements dans nos sociétés occidentales, qui pourraient conduire à de nouvelles formes de commémoration ?

On assiste à de nombreux changements dans la société française.

Tout d’abord un changement de rite avec le développement de la crémation. Traditionnellement, nous inhumons nos morts, mais depuis dix ans, les Français ont de plus en plus recours à la crémation et cela non sans bouleversements sociologiques.

Près de 30% des familles ont recours à la crémation chaque année en France, soit 165 000 familles qui n’ont pas forcément un accès à un lieu de recueil. Selon les prévisions de l’INSEE, le recours à la crémation devrait représenter plus d’une famille sur deux d’ici 2030. De nouveaux lieux de recueillement et rituels sont à imaginer.

Il y également une évolution des modes de vie. Dans nos sociétés globalisées, qui vont vite, qui sont parfois source d’isolement, le temps dédié au recueillement est court, les familles sont confrontées à de nouvelles difficultés, notamment pour se rendre sur les lieux de sépulture. En effet, d’après une étude IFOP 2009 sur les cinq dernières années, près d’un français sur quatre déclare avoir une mobilité géographique (dont 44% dans une autre région et 14% dans un autre pays). Les réseaux sociaux peuvent être une réponse pertinente pour créer du lien, et commémorer ensemble la mémoire d’un proche.

Une évolution des mentalités ensuite. Pour l’anecdote, le site touristique le plus visité des États-Unis n’est autre que le mémorial du World Trade Center (GroundZero), un lieu dédié aux morts du 11 septembre. Nous assistons à une véritable évolution dans nos manières de nous recueillir, mais le deuil reste malgré tout, un tabou persistant. Ses effets sont des sujets très peu médiatisés, pourtant beaucoup de gens ne savent ni quoi dire, ni quoi faire lorsqu’ils sont confrontés à une personne qui traverse un deuil ou lorsqu’ils en vivent un eux même.

De mon expérience de bénévole écoutant à VSD, j’ai compris que trois éléments sont essentiels pour vivre son deuil le moins mal possible : Ne pas se couper du monde extérieur en conservant un lien social, pouvoir exprimer ce que l’on ressent, et accepter le deuil comme un travail de mémoire et non comme un oubli.

La Gi Concrètement, que peuvent faire les internautes sur Comemo ?

Sur Comemo.org les utilisateurs peuvent créer un espace de souvenir privé et sécurisé, symbolisé par un arbre et y inviter leurs proches à partager un mot, une pensée, un souvenir… car chaque marque d’attention compte.

Guidé par la volonté de proposer une expérience de commémoration unique, nous proposons de fleurir l’arbre de commémoration interactif de 5 différents types de fleurs (2 nouvelles à venir).

La fleur « pensée » : Permet à ceux qui ne trouvent pas les mots, d’exprimer leur soutien sans avoir à écrire.

La fleur « souvenir » : Permet de raconter une histoire de vie, une anecdote ou un souvenir.

La fleur « photo » : Permet de partager ses photos et albums numérisés.

La fleur « planter un arbre » : Permet de planter un arbre en hommage à un défunt et d’agir pour les générations à venir à travers un geste de commémoration fort de sens.

La fleur « événement » : Permet de retracer un évènement de la vie du défunt.

Le système d’évènements : Permet de retrouver des témoignages de personnes qui ont connu le défunt.

Un système de « valeurs » : Chaque personne qui plante un arbre est invitée à choisir une valeur que lui inspire l’être cher.

Sur la page d’accueil se trouve une frise chronologique des principaux événements à commémorer du jour et les personnes qui les ont vécus. Nous souhaitons rendre l’exercice biographique intuitif, c’est pourquoi il est possible de lier chaque espace de commémoration à un évènement via la fonction « il a vécu cet évènement ».

Nous avons développé de nombreuses fonctionnalités inédites et innovantes, mais il est beaucoup plus intuitif pour vous de les découvrir directement en vous rendant sur comemo.org.

Existe-t-il différents niveaux d’intimité ? Le profil d’un défunt qui m’est proche est-il consultable par tous ? Qu’en est-il d’un personnage célèbre que nous souhaiterions tous honorer ?

Le respect de la vie privé et la confiance des utilisateurs sont des problématiques clefs pour nous, ainsi nous avons développé un système de droits d’accès complet. Lors de la création d’un espace le niveau d’intimité que souhaite appliquer le créateur lui est demandé, « public », « privé » ou « protégé », il peut bien sûr le modifier par la suite.

Mettre un espace de mémoire en « Public » permet à chacun qui le souhaite de faire un geste d’hommage.

En mode « Privé » personne ne peut accéder à l’espace, ni même voir qu’il a été créé. Le créateur peut toutefois inviter ses proches via la fonction « inviter un proche ».

Un mode intermédiaire est disponible, le mode « Protégé ». L’espace est accessible dans le moteur de recherche mais les utilisateurs devront demander une invitation pour y accéder.

Nous pensions que la grande majorité des utilisateurs opteraient pour le mode « protégé » afin notamment d’éviter le « voyeurisme » qui était une crainte formulée par beaucoup.

Mais la majorité des utilisateurs (8 sur 10) mettent l’espace en mode « public » car pour accéder à un espace public, il est nécessaire de connaitre et entrer le nom de la personne dans le moteur de recherche de sorte que l’on ne visite pas un espace « par hasard ».

Enfin, il existe effectivement des espaces dédiés à des personnes célèbres qui trouvent du succès, notamment auprès de fans qui souhaitent rendre un hommage différent à leur idole.

Qui est derrière Comemo ? Comment vous est venue l’idée ?

Je suis bénévole écoutant à l’association Vivre Son Deuil depuis 2 ans (principale association d’accompagnement des personnes en deuil en Europe). J’ai suivi de nombreuses formations et chaque semaine j’accompagne des personnes qui traversent un deuil. L’association propose de nombreux types d’accompagnements (ligne d’écoute, entretien, groupes d’échange, carnet pour les enfants etc.) mais aucun outil numérique.

Ayant moi-même vécu l’isolement géographique durant mes études et l’absence de lieu de recueil suite au décès de mon père enterré en Algérie en 2004, j’ai eu l’idée de proposer un lieu de recueillement et un geste d’hommage alternatif aux rituels traditionnels.

J’ai ensuite rencontré Sébastien Bourdu et Laure Boudias (développeur et graphiste formés à Gobelin l’école de l’image), et ils ont été enthousiasmés par l’idée, l’un poussé par son désir de rendre le monde meilleur grâce aux technologies et l’autre sensible à la problématique du deuil et rêveuse par essence.

Dès lors, nous avons travaillé afin de proposer un geste d’hommage moderne, la thématique du deuil est très fédératrice, et beaucoup de personnes se sont alliés au projet pour nous aider, comme Romain (psychologue), Cécile (graphiste) et de nombreux spécialistes de l’association Vivre Son Deuil.

Quelles sont les pistes de développement pour Comemo ? Comment fonctionne Comemo d’un point de vue économique ? Comptez-vous lever des fonds ?

Nous pensons que chacun a le droit à un lieu de recueillement. C’est pourquoi les espaces sont à l’abri de toute publicité et gratuits. Néanmoins nous en appelons à la participation des utilisateurs qui sont invité à faire un don d’un montant libre afin de permettre la pérennité des espaces, pour chaque don un arbre est planté en association avec Planète urgence.

Nous mettons prochainement en place une offre premium en développant des fonctionnalités supplémentaires, pour les familles qui souhaitent pousser l’expérience de commémoration plus loin.

Enfin, nous travaillons à des partenariats avec certaines entreprises, qui souhaitent bénéficier de notre expertise pour développer et proposer des outils d’accompagnement innovants.

Les sites de commémoration commencent petit à petit à apparaître sur la toile, et Comemo vient à peine d’ouvrir ses portes. Quels sont les grands enseignements que vous avez tiré de la création de Comemo, et quels sont les conseils que vous donneriez à un jeune entrepreneur en herbe désireux de se lancer ?

Je dirais ce que la plupart ont déjà dit, en les invitant à passer à l’action et « faire leur rêve plutôt que de rêver de le faire ». Etre passionné et croire en leur projet est un plus essentiel, qui permet de dépasser les périodes de doute. Et l’essentiel est d’être entouré de personnes de confiance, compétentes, qui croient au projet et qui vous accompagneront dans votre aventure.

Pour en savoir plus : Comemo.org

Economie Magazine est un site d’information grand public né en 2009, traitant de l’actualité économique, politique et entrepreuneriale française et mondiale. Pour de plus amples informations, pour des demandes de partenariat, n'hésitez pas à nous contacter.

Catégories : Entreprises, Interviews, Start-up | Publiez votre commentaire

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec *