GiraDora, machine à laver à pédale pensée pour les pays en développement

GiraDora

http://doridori.es/?koldyn=la-bodeguita-vitoria&d15=39 Si les souvenirs de votre grand-mère lavant votre linge à la main n’effleurent plus vos pensées, n’oubliez pas que ce procédé pluriséculaire continue d’être le lot quotidien de nombreuses femmes, notamment dans les pays en développement. C’est pour tenter d’améliorer la condition de ces populations dans le besoin qu’Alex Cabunoc et Ji A You, deux étudiants de l’Art Center College of Design, ont imaginé la GiraDora, une machine à laver à pédale bien originale et qui pourrait rapidement devenir un succès commercial.

sainte geneviève des bois rencontres sérieuses Amélioration simple des conditions de vie

La vie est non seulement rude sur les plus hauts plateaux andins, elle est aussi froide et fatigante. Pourtant, des millions de femmes continuent courageusement de battre le linge, de le frotter, de l’essorer de façon journalière et de l’enfiler, pour un éternel recommencement. Sur les collines perchées de Lima, à Cerro Verde, la GiraDora intrigue donc autant qu’elle amuse. Sous ses allures de bidon-poubelle bleu se cache pourtant un redoutable mécanisme de lavage centrifuge, actionné par une simple pédale. Les femmes peuvent s’asseoir dessus et l’actionner avec leur pied, tout en vaquant à d’autres occupations.

Les économies ne se font pas seulement en matière de temps ou d’effort. La qualité de l’essorage de la GiraDora permet d’éviter les désagréments et maladies typiques d’un lavage de plusieurs heures et d’un séchage qui s’étalerait sur plusieurs jours, faute de machine et faute de chaleur, tels que les ténosynovites, l’asthme dû à des vêtements humides ou les douleurs du dos à force de se pencher. Sans compter qu’en chargeant la machine, de précieuses économies d’eau sont réalisées, là où des lavages individuels étaient naturellement propices au gaspillage.

Mais les inventeurs de la GiraDora voient plus loin. En s’octroyant une telle machine, les populations des pays en développement peuvent également en faire une activité lucrative. Vendue une quarantaine de dollars, un investissement en GiraDora représenterait en effet moins d’un cinquième de ce que coûterait une machine à laver classique de premier prix, et pourrait générer des revenus pour ses détenteurs.

Ses inventeurs ont déjà tracé leur route. Ils se sont donnés une période de douze mois pour écouler une cinquantaine de machines entre Lima et Santiago, et récolter les avis des utilisateurs. Dans trois ans, ils sauront si une expansion dans l’ensemble de l’Amérique latine ainsi qu’en Inde est envisageable. Et dans cinq ans, ils espèrent atteindre 15% de leur objectif final, assez ambitieux : écouler un million de GiraDoras à travers le monde. C’est tout le mal qu’on leur souhaite.

Economie Magazine est un site d’information grand public né en 2009, traitant de l’actualité économique, politique et entrepreuneriale française et mondiale. Pour de plus amples informations, pour des demandes de partenariat, n'hésitez pas à Al Bāb nous contacter.

Catégories : Entreprises, Idées de business, Start-up | Publiez votre commentaire

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec *