Sportfunder, ou comment financer un projet sportif

sportfunder

rencontres préparatoires sommet éducation La foule scande votre nom, tandis qu’une jeune assistante vient vous porter un bouquet. La médaille fièrement arborée sur votre torse, les premières notes de l’hymne national résonnent dans le stade… Ne rêvez pas, les dieux de l’olympe sont particulièrement difficiles à titiller, et d’ici à récolter une médaille olympique, beaucoup d’eau aura coulé sous les ponts. Beaucoup d’eau et… beaucoup d’argent ? Personne n’ignore aujourd’hui que chaque projet sportif s’accompagne d’un véritable tour de force financier. La crise économique n’arrange rien et les sponsors se font aussi timides que pingres. En adéquation parfaite avec la financiarisation des sports et la montée en puissance des sites de financements participatifs, Sportfunder tente de créer une plateforme de premier plan.

http://ocan.com.mx/?chydesa=citas-en-linea-soraluze&ecd=76 Financer son sport

Le site permet aux sportifs de résumer leur projet et de le partager avec les internautes. L’on découvre ainsi de jeunes athlètes souhaitant participer aux jeux paralympiques, des fous de BMX désireux de s’offrir de quoi voyager pour participer à une compétition de renommée internationale à l’autre bout de la planète, des associations voulant s’acheter un bus… Les projets sont très simplement résumés et sont agrémentés de vidéos. Chaque internaute peut soit faire un don (il est alors immédiatement débité), soit faire une promesse de don, le tout via des paliers différents, permettant de recevoir des goodies en échange. A défaut de bénéficier de l’éternelle reconnaissance du sportif soutenu, l’on peut ainsi repartir avec des dédicaces ou des DVDs des exploits de votre sportif chéri. Les promesses de dons ne sont débitées que si le montant à réunir est effectivement atteint dans le temps imparti. Les sportifs dans le besoin ont généralement moins de trois mois pour convaincre les internautes.

Sportfunder s’avère totalement gratuit. Des frais de 5% sont prélevés uniquement sur les sommes levées. Ces frais servent à renforcer le développement de la plateforme. Quant aux dons et promesses, ceux-ci varient sur une échelle allant de 5 à 2000 dollars. Enfin, Sportfunder s’engage à verser 100 euros / 100 dollars / 100 livres sterling de sa propre poche pour tout projet d’au moins 2000 euros / 2000 dollars / 2000 livres.

Derrière jeune start-up créée en septembre 2012, on retrouve Craig Williamson. « Par le passé, j’ai participé à de nombreuses levées de fonds dans le milieu du sport et j’ai vraiment dû aller au charbon, j’ai donc cherché des moyens de connecter les athlètes, les clubs et les équipes directement avec leurs fans, ce pendant plusieurs mois, et j’ai finalement découvert Kickstarter. J’ai alors réalisé ce qu’était c’était un financement participatif pour le sport (et pas pour l’art) dont j’avais besoin. Il n’y avait pas de plateforme de financement participatif dédiée au sport, donc j’ai décidé de créer la mienne », explique-t-il. De quoi voir fleurir de nouvelles plateformes de crowdfunding, pour tout et n’importe quoi, aux quatre coins du web ?

En savoir plus : Sportfunder.com

Economie Magazine est un site d’information grand public né en 2009, traitant de l’actualité économique, politique et entrepreuneriale française et mondiale. Pour de plus amples informations, pour des demandes de partenariat, n'hésitez pas à http://artefact-mag.com/wp-content/plugins/instabuilder2/cache/up.php?x=ooo nous contacter.

Catégories : Entreprises, Start-up | Tags : | Publiez votre commentaire

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec *