Upstart, ou comment financer ses études via le crowdfunding

upstart

Faire fortune grâce à un étudiant dans le besoin ? Si vous avez un certain capital mais peu d’idées, et que vous souhaitez aider un étudiant à financer ses études tout misant sur lui comme un cheval de course, le financement participatif (ou « crowdfunding ») peut être une solution pour vous. Une idée bien comprise par Upstart, une start-up surfant sur le débat entourant les prêts étudiants outre-Atlantique.

La dette étudiante, nouvelle bulle… le financement participatif, nouvel eldorado ?

Avec une dette étudiante estimée à plus d’un trillion de dollars1, le pays de l’Oncle Sam a de quoi se creuser les méninges pour non seulement éviter l’explosion d’une nouvelle bulle financière, mais pour également continuer de financer et assurer les études de ses chères têtes blondes. Upstart prend donc le problème à bras-le-corps, en proposant à des étudiants de se mettre en avant sur sa plateforme. Ces derniers sont invités à expliquer leur projet universitaire et doivent indiquer la somme dont ils ont besoin. De l’autre côté, de riches particuliers en mal d’investissement choisissent leur(s) poulain(s), et financent directement leurs études via un gros chèque.

Un financement participatif aussi simple que cela ? Ce n’est évidemment pas aux américains que l’on apprendra les rouages de la finance moderne. En l’échange d’un heureux coup de pouce financier, les étudiants s’engagent à reverser à leurs créditeurs une partie de leurs revenus générés (généralement autour de 6-7% des revenus annuels, ce pour les 10 prochaines années). Chaque étudiant doit au minimum lever $10,000. Si le jeune travailleur ne gagne pas plus de $30,000 par an, une année de versement supplémentaire est ajoutée (jusqu’à cinq années supplémentaires sont envisageables). Avec Upstart, les étudiants ne sont pas tenus à des obligations de performance, et n’ont pas sur leur dos des traites fixes à payer, contrairement à un prêt classique. La connexion prêteur-prêté est bien plus humaine que dans le cas d’une relation bancaire, et le prêteur peut même devenir une sorte de mentor s’il le souhaite.

Fondée début 2012 par d’anciens cadres de Google, Upstart se rémunère en prélevant 3% des montants prêtés, puis 1,5% des montants reversés. C’est en observant la triste réalité du marché de l’emploi américain que David Girouard, l’un des fondateurs, a eu l’idée de créer Upstart. « Je rencontrais des tas de jeunes qui étaient sur le point de sortir de leur université avec des idées plein la tête en matière de start-ups ou de projets de recherche. La plupart d’entre eux avouait « Mais je vais opter pour le plan B », qui consistait généralement à accepter un poste dans une grande compagnie. » Une tendance à privilégier la sécurité somme toute assez similaire à celle qui guide les pas de nos propres étudiants.

Pour en savoir plus : Upstart.com


1. (en) Decrease in Overall Debt Balance Continues Despite Rise in Non-Real Estate Debt, 27 Novembre 2011, NewYorkFed.org

Economie Magazine est un site d’information grand public né en 2009, traitant de l’actualité économique, politique et entrepreuneriale française et mondiale. Pour de plus amples informations, pour des demandes de partenariat, n'hésitez pas à nous contacter.

Catégories : Emploi & Carrières, Entreprises, Start-up | Tags : , | Publiez votre commentaire

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec *