Qu’est-ce qu’un call ? Qu’est-ce qu’un put ?

Options Call & Put : explications

Face à la place de plus en plus importante de la finance dans nos médias, un éclaircissement sur certains produits complexes ne ferait pas de mal. Un petit cours de finance de marchés !

Nous avons choisi de vous expliquer en quelques mots ce qu’est une option sur actions. Pas de quoi s’inquiéter, il s’agit d’un simple exercice de vulgarisation inédit. Les options sur actions, un des produits phares de la finance moderne, constituent un bon début.

Alors, prêt(e) à renforcer vos connaissances financières ?

Avant-propos

Sur le secteur de la finance sont dites beaucoup de choses. Exagérées ou avérées, il n’est pas question ici d’analyser les rémunérations des traders, les propos des dirigeants ou autre, mais simplement de vous faire comprendre comment fonctionne un produit financier de base dans la finance moderne : une option. Toujours bon à ressortir au détour d’un repas ou d’une conversation entre amis !

Un principe simple : se protéger contre l’évolution défavorable du prix d’un actif

Imaginez qu’après quelques années de dur labeur vous ayez épargné suffisamment pour remplacer votre bonne vieille voiture. Dans six mois, lors des fêtes de Noël, vous vous rendrez donc sûrement chez votre concessionnaire pour acquérir la dernière Renault Mégane. Imaginez désormais que le prix de la Renault Mégane n’est pas fixe, mais qu’il évolue de jour en jour, il peut baisser ou augmenter – comme les actions.

Il y a donc un risque évident : si le prix de la Renault Mégane augmente trop, vous n’aurez pas assez d’argent pour l’acheter. C’est là que les produits financiers arrivent. On les appelle des « options ».

Moyennant une petite contribution financière lors de leur achat, ces options vous donneront le droit, mais pas l’obligation, d’acheter la nouvelle Renault Mégane à un prix déterminé à l’avance. Exactement ce que l’on souhaiterait pour être certain(e) de ne pas débourser trop d’argent ! Dans la réalité, ce sont des établissements financiers qui vous vendront ce type de produits.

Vous êtes in fine parfaitement protégé(e) contre l’évolution défavorable du prix de la Renault Mégane :

  • Si le prix de la nouvelle Renault Mégane dépasse les 15.000€ (imaginons qu’elle est vendue à 20.000€ dans le commerce), vous exercez votre option d’achat. Vous avez donc le droit de l’acheter, comme prévu dans le contrat de l’option, à 15.000€. Vous pouvez soit la conserver, soit la revendre immédiatement à votre concessionnaire à 20.000€ puisque vous bénéficiez des 15 jours échangeables légaux, et empochez ainsi un gain substantiel de 5.000€ de la part de l’établissement financier à qui vous avez acheter l’option.
  • Si le prix de la nouvelle Renault Mégane est inférieur à 15.000€ (imaginons qu’elle est vendue à 10.000€ dans le commerce), alors votre option d’achat n’a aucun intérêt et n’a donc aucune valeur. Si vous souhaitez vraiment posséder la nouvelle Renault Mégane, autant vous rendre directement chez votre concessionnaire pour l’acheter à 10.000€, et tant pis si le produit financier ne vous a rien procuré.

trading ordinateurOn l’aura compris, une option d’achat – ou « call option », est une protection contre une évolution potentielle du prix à la hausse. Un call peut être une manière de se protéger, mais aussi de spéculer (surtout si l’on n’a aucune envie de réellement posséder une Renault Mégane, mais que l’on souhaite simplement tirer profit de l’évolution potentielle de son prix).

Passons désormais aux choses mathématiquement sérieuses pour ceux qui veulent aller plus loin dans la compréhension de ces produits dérivés de base.

Qu’est-ce qu’un call ? Qu’est-ce qu’un put ?

Intéressons-nous aux options européennes sur actions. On les appelle « européennes » pour les différencier d’autres options. Cela signifie en fait qu’elles ne seront exerçables qu’à un seul moment dans le temps, fixé à l’avance. A contrario, des options « américaines » sont par exemple exerçables à n’importe quel moment. Dans la pratique, il existe deux types d’options dites « vanilles », c’est-à-dire basiques :

  • des calls, c’est-à-dire des options d’achat…
  • et des puts, c’est-à-dire des options de vente, qui ont un fonctionnement simplement inverse aux calls

Le prix de ces options est déterminé par six paramètres aisément compréhensibles :

  • Le cours de l’action au temps initial, S0 : on se doute que si la Renault Mégane dans ses anciennes versions a toujours eu un prix d’entrée à 50.000€, il est certain qu’une option pour l’acheter à 20.000€ doit se vendre très cher ;
  • Le prix d’exercice K : pas de mystère, si on vous donne la possibilité d’acheter la Renault Mégane à 100€ au lieu de 20.000€, vous serez très content(e)…mais un tel privilège risque de vous coûter cher ;
  • Le temps T à parcourir jusqu’à l’exercice de l’option : une option s’exerçant à un moment fixé à l’avance, plus elle peut être exercée tard, plus la probabilité de réaliser un gain substantiel est importante, car plus le prix à payer a le temps de s’écarter du prix fixé dans le contrat de l’option ;
  • La volatilité du prix de l’actif, σ : comprenons la volatilité comme l’intensité avec laquelle un élément peut bouger. Plus le prix de la Renault Mégane est susceptible de bouger, et plus les probabilités de réaliser un gain fort avec une option sont importantes ;
  • Le taux d’intérêt annuel, r : il s’agit d’un effet résiduel, et moins facile à cerner. Par souci de simplification, dans la théorie financière il est fait le postulat que l’espérance de rendement d’une action doit augmenter lorsque le taux sans risque augmente. Logique : plus un compte épargne sans risque rapporte, plus on exigera de nos placements risqués une rémunération élevée. Par conséquent, les actions doivent suivre cette exigence dans leur prix. Ainsi, plus le taux d’intérêt sans risque est fort, et plus le rendement attendu d’une action sera fort, et donc plus son prix devra s’élever ;
  • Les dividendes payés au cours de la vie de l’action, D : les dividendes font se « décrocher » le prix d’une action. Si une action vaut 100€ aujourd’hui, et qu’elle paie à la fin de la journée 5€ de dividendes, toutes choses étant égales par ailleurs, le prix de l’action avant d’aller me coucher devrait être de 95€. On comprend que si l’on achète une option d’achat à 100€ parce qu’on est persuadé que le prix peut monter dans un mois, mais qu’entre-temps il peut y avoir un dividende, la probabilité de réaliser un gain devient plus faible ;

De manière générale, voici l’effet des facteurs d’une option européenne sur le prix de celle-ci :

Facteurs Call Put
Cours actuel de l’action, S0 + -
Prix d’exercice, K - +
Date d’échéance, T + +
Volatilité, σ + +
Taux d’intérêt sans risque, r - +
Dividendes, D - +


Exemples de lecture : Toutes choses égales par ailleurs :

  • Plus la date d’échéance T est lointaine, Plus le call est cher.
  • Plus le prix d’exercice est élevé, Moins le call est cher.

GainsVoilà, c’est tout pour aujourd’hui !

Nous entrerons plus en détail sur certains produits financiers dans de futurs articles, en suivant le même principe de vulgarisation pour ne pas provoquer de trop fortes somnolences chez l’internaute.


Nota Bene : Aucune Renault Mégane n’a été blessée ou maltraitée durant cet article, et nous ne percevons aucun pot de vin ou rabais intéressant pour parler si ardemment de la marque au losange.


Economie Magazine est un site d’information grand public né en 2009, traitant de l’actualité économique, politique et entrepreuneriale française et mondiale. Pour de plus amples informations, pour des demandes de partenariat, n'hésitez pas à nous contacter.

Catégories : Savoir | Tags : | 3 commentaires

(3) commentaires

  1. Bonjour,
    exellent travail de vulgarisation.

    Je complèterai en disant que les call et les put sont des instruments indispensables au developpement des entreprises (et de l’économie). Ça leur permet de se couvrir des anticipations (variations a la hausse ou la baisse de taux de change, de cours de matières premières, de taux dInflation, voire de la météo future…).ainsi,par exemple, Air France grâce à ses couvertures sur le cours de l’or noir a pu se protéger de la hausse forte du cours du petrole (le kérosène de ses avions), en 2008, et annoncer des résultats positifs. A contrario, sa couverture du pétrole a 70$ a pesé sur ses resultats 2009, alors que le pétrole tombait jusqu’à 30$ environ fin 2008 début 2009. Ses anticipations pour 2009 étaient mauvaises… On peut néanmoins supposer, qu’ils ont gagné plus d’argent en2008 qu’ils n’en ont perdu en 2009, grâce â leurs couvertures sur le cours de l’or noir.

    Alain

  2. Merci pour votre commentaire, très apprécié.
    Il est vrai que l’objectif de couverture et non de spéculation est de plus en plus oublié par le grand public. Pour les entreprises, la plupart du temps ces outils obéissent à de vraies logiques économiques, et le secteur du pétrole, comme vous l’avez souligné à travers Air France, en est un bon exemple.

  3. merci beaucoup vous m’avez vraiment aidé j’étais bloqué sur un exercice mais là je peux continuer !!! merci encore

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec *