Les transferts du Real Madrid : réalisme ou folie ?

Présentation de Cristiano Ronaldo au Real Madrid

Le 1er juin 2009, Florentino Pérez reprenait les rênes de la présidence du prestigieux Real Madrid C.F., signant le retour à une politique particulièrement dépensière en matière de transferts. Le club madrilène aura fait venir en l’espace d’un mois trois des plus grands talents d’Europe (Cristiano Ronaldo, Kaká, et Karim Benzema), dilapidant au passage plus de 200 millions d’euros dans un marché jusqu’ici bien moribond.

Le stratège madrilène n’en est pas à son coup d’essai. Lors de sa première étape à la tête du club merengue, celui-ci n’avait pas hésité à s’attacher les services de Luis Figo (61 millions d’euros) et Zinédine Zidane (76 millions d’euros), inaugurant l’ère des dits « galactiques ». Depuis le mois de juin 2009, l’homme d’affaires espagnol aura recruté à prix d’or le portugais Cristiano Ronaldo (94 millions d’euros) et le brésilien Kaká (67 millions d’euros) afin de donner une nouvelle impulsion à un club endormi sur ses lauriers, et faisant des quatre joueurs cités les plus gros transferts de l’histoire du football.

Florentino PerezC’est que l’homme, et le club qu’il dirige, ont des ressources. Outre ses fonctions à la tête d’ACS, M. Pérez possède aussi des contacts précieux en politique, datant de son passage au conseil général de la mairie de Madrid ou au sein de différents ministères (transport-tourisme-communications, agriculture-pêche-alimentation). Alors que les entreprises espagnoles sont particulièrement affectées dans leur recherche de financements auprès des banques, M. Perez aura vu son projet ouvertement appuyé par les banques Caja Madrid et Grupo Santander, lesquelles lui auront ouvert une ligne de crédit totale de 150 millions d’euros pour mener à bien ses achats.

« Le football est comme une entreprise où l’on achète les machines les plus modernes pour mieux travailler »
Florentino Pérez, CNN, Juin 2009

Les garanties d’un tel financement sont étroitement liées aux droits télévisés que perçoit le club madrilène de la part de Mediapro (contrat d’exclusivité d’une valeur minimum de 1100 millions d’euros sur les sept prochaines années). En parallèle, le club peut aussi compter sur sa réputation de « club le plus riche du monde » pour rassurer ses collaborateurs, désignation qui lui fut octroyée par le cabinet d’audit Deloitte lors de la saison 2007-2008. Il faut dire que la structure associative du club, et sa capacité appréciable à générer des revenus (50 millions d’euros de bénéfices en 2008, pour 366 millions d’euros de chiffre d’affaires) sont des éléments prépondérants pour appuyer les projets de ses dirigeants.

Mais le Real Madrid est-il vraiment rationnel dans sa gestion économique ? D’aucuns se souviendront que le club avait dû se séparer d’une partie importante de son patrimoine immobilier en 2000 afin de passer l’éponge sur une dette abyssale avoisinant alors les 300 millions d’euros. Et l’histoire pourrait d’ailleurs se répéter avec d’autres terrains financièrement appétissants. Quant aux transferts récents, eux aussi ont été récemment placés sous le feu des critiques, notamment par la très réputée Université de Navarre et son département de recherche économique et sportive. Si le montant du transfert de Kaká semble censé d’un point de vue économique, celui de Cristiano Ronaldo aurait été surévalué de 16 millions d’euros par rapport à sa valeur de marché.

L’arrivée du portugais aura au moins le mérite d’augmenter la pénétration médiatique du club de la capitale dans des pays tels que le Brésil ou les Etats-Unis, des marchés qui suivent davantage les stars que les clubs à proprement parler. Faudrait-il y voir la vraie raison des transferts modernes ?

Economie Magazine est un site d’information grand public né en 2009, traitant de l’actualité économique, politique et entrepreuneriale française et mondiale. Pour de plus amples informations, pour des demandes de partenariat, n'hésitez pas à nous contacter.

Catégories : Actualités | Tags : , | 5 commentaires

(5) commentaires

  1. Article original et bien écrit ! Le Real Madrid dépense tout de même des sommes indécentes, même les politiques le disent. Si Barça gagne encore cette année (et je pense que ça sera le cas), ça fera des dégâts du côté madrilène…

    Bon courage pour votre site ! ;)

  2. Outre les qualités « comptables » d’un joueur, il y a également ses qualités humaines.
    Donner autant (93 millions) pour un joueur qui n’attend que ça, par « ça » j’entends être côté (ou surcoté) pour pouvoir se vendre au meilleur prix aux annonceurs, équipementier, filles de passage…

    Si ce genre d’alchimie fonctionne alors peut-être pourrons-nous dire qu’il s’agit réellement de foot business, dans le sens, activité qui n’a vraiment plus de valeurs communes avec un Sport.

  3. BTW
    Très bon article, des références que je n’avais pas concernant ce bon monsieur Perez.
    :p

  4. @ Ayton : merci, le barça s’est bien finalement bien renforcé d’ailleurs avec Ibrahimovic, ils ont leur chance.

    @ julien : merci pour ton passage. Si on avait encore des doutes sur la place du footbusiness, avec ce transfert, il faudra avoir des œillères pour continuer à nier la réalité de ce sport…

  5. Ping : Classement 2009 des sélections nationales de Football...par valeur économique ! | Economie Magazine

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec *