J. Jolly : Les Chinois à la conquête de l’Afrique (Ed. Pygmalion)

Chine Afrique

Et si l’Afrique n’était pas condamnée à ne faire parler d’elle qu’à travers ses crises politiques, ses despotes pathétiques et ses drames humanitaires ? Et s’il était temps de sortir des litanies compassionnelles sur son retard de développement jugé incurable sinon désespéré ?

Escada De Zheng He à Hu Jintao

Ce livre passionnant amène à adopter un autre regard sur ce continent, celui des Chinois. Car l’Afrique a changé et la Chine s’y intéresse de très près pour 3 raisons, pour sécuriser ses approvisionnements énergétiques, pétrole en tête, pour offrir à ses entreprises, dans la construction notamment, de nouveaux débouchés dans un continent qui comptera 2 milliards d’habitants d’ici quelques décennies et pour s’assurer des alliés sur le plan diplomatique. Trois besoins vitaux pour nourrir son ambition de devenir la première puissance mondiale.

Si la Chine a découvert l’Afrique dès le 15e siècle par l’intermédiaire des expéditions maritimes de l’amiral eunuque Zheng He, il faudra attendre un demi-millénaire pour la voir réapparaître sur le continent africain et mener avec succès des offensives diplomatiques qui lui permettront entre autres d’obtenir un siège au Conseil de Sécurité de l’ONU au détriment de Taiwan.

Comment expliquer la rapidité avec laquelle les Chinois ont pris le dessus sur les anciennes puissances colonisatrices, la France au premier chef, dans de nombreux pays africains ? L’auteur invoque ici le vide laissé par des décolonisations bâclées, les abus commis par les multinationales et l’indifférence vis à vis d’un continent meurtri par les conflits. A la différence des Européens, englués dans de vieux complexes colonialistes, incapables de parler d’une voix claire, transparente et unie à l’Afrique, les chinois mettent en œuvre une stratégie claire et volontariste parfaitement organisée entre acteurs publics et privés pour conquérir de nouveaux marchés, quitte à avoir recours à des méthodes peu orthodoxes.

En effet, les contrats conclus viennent souvent sous la forme d’un dispositif d’aide liée, typiquement l’exportation de matières premières contre la construction d’infrastructures. En République Démocratique du Congo par exemple, les chinois ont obtenu une concession autorisant l’exploitation de vastes ressources minières pour 30 ans, en contrepartie de laquelle ils s’engagent à construire pour 6 milliards d’euros d’infrastructure : écoles, routes, hôpitaux ou encore pose de câble de fibre optique. Se posent alors les questions de l’évaluation correcte de la concession et de la qualité du travail fourni sur ces contrats obtenus sans concurrence. A Luanda, en Angola, un hôpital inauguré en grandes pompes s’est effondré quelques mois après.

Notons également que l’animosité envers les Chinois présents en Afrique va grandissante. Les chantiers n’emploient que peu d’ouvriers locaux, les conditions de travail ne respectent aucune règle minimum et l’arrivée de produits à bas coût a détruit des industries locales.

S’il est donc malaisé d’apporter un jugement définitif sur les aspects positifs ou négatifs de la vaste offensive de la Chine en Afrique, il faut néanmoins lui reconnaître le mérite d’avoir ouvert les yeux au monde sur son potentiel économique et d’avoir contribué à rebattre les cartes sur le plan diplomatique. L’Afrique semble enfin entrée sur les bons rails pour participer à la croissance mondiale et nouer des relations plus équilibrées entre les différentes puissances qui la courtisent.

En définitive, ce livre riche, précis et extrêmement bien documenté se lit comme un état des lieux géopolitique à l’orée du 21e siècle. Avec comme point focal le continent africain, il décrit et analyse les profonds bouleversements à l’œuvre dans les équilibres mondiaux sur le plan économique, politique, humain, énergétiques, etc.. En filigrane, il adresse un sérieux avertissement aux Européens, qui ont déjà beaucoup perdu de leur influence en Afrique, dont le poids ne cessera de se réduire ailleurs dans le monde s’ils ne prennent pas la mesure des enjeux à venir.

sinais que seu rolo vai virar namoro Plus d’ouvrages chez Pygmalion

Jean Jolly est grand reporter et passionné de l’Afrique, continent auquel il aura consacré plusieurs ouvrages au long de sa vie.

Parmi les derniers ouvrages chez Pygmalion : Rosa bonheur : Une artiste à l’aube du féminisme (Marie Borin), Adolf Hitler : Tome 1, 20 avril 1889-Octobre 1938 (John Toland).

 

Pour en savoir plus sur les nouvelles publications du catalogue Pygmalion, rendez-vous directement sur le site des éditions Flammarion.

Economie Magazine est un site d’information grand public né en 2009, traitant de l’actualité économique, politique et entrepreuneriale française et mondiale. Pour de plus amples informations, pour des demandes de partenariat, n'hésitez pas à darmowe randki kraków nous contacter.

Catégories : Actualités, Culture & Littérature | Tags : , | Publiez votre commentaire

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec *